NOUVELLES
28/07/2016 02:35 EDT

Les films à l'affiche dès le 29 juillet 2016 (PHOTOS)

Brand New Images via Getty Images
Group of people wearing 3D glasses at the movies

Sortie au cinéma prévue? Découvrez les films à l'affiche cette semaine!

Le Huffington Post Québec et Mediafilm.ca vous présentent les films qui prennent l'affiche cette semaine au Québec:

Galerie photo Films de la semaine Voyez les images

LA HAUTE SOCIÉTÉ

États-Unis. 2016. 97 min.

Comédie dramatique de Woody Allen avec Jesse Eisenberg, Kristen Stewart, Steve Carell, Blake Lively, Corey Stoll, Parker Posey.

Bobby Dorfman, benjamin d'un bijoutier new-yorkais, débarque à Hollywood, où son oncle Phil, agent d'artistes fortuné, lui procure un emploi de coursier dans sa compagnie. Vonnie, la secrétaire de monsieur, reçoit ordre de lui faire visiter les lieux et de le sortir un peu. Tombé amoureux d'elle, Bobby le lui avoue sans pudeur. Hélas, la jeune femme a déjà un petit ami. Encouragé à la conquérir par un couple d'intellectuels proches de son oncle, Bobby continue de la fréquenter en ami. L'opportunité tant espérée se présente lorsque Phil, l'amant secret de Vonnie, rompt avec elle. Bobby la console, puis la convainc de céder à ses avances. Le jeune couple se prépare à aller s'installer à New York lorsque Phil se ravise, quitte son épouse et demande Vonnie en mariage. Celle-ci accepte. Quelques mois plus tard, Bobby, soutenu par son frère aîné, gangster aux méthodes brutales, dirige une grande boîte de nuit fréquentée par le beau monde. Une nouvelle vie s'ouvre pour lui. Mais le passé, et le regret, pourraintt revenir le hanter.

En mode léger et nostalgique, le cinéaste de 80 ans convoque ici le souvenir d'un se ses plus grands films: THE PURPLE ROSE OF CAIRO. La magie n'est cependant pas au rendez-vous, malgré des qualités indéniables, à commencer par l'excellente direction photo de Vittorio Storaro et la composition nuancée de Jesse Eisenberg.

HIBOU

France. 2016. 83 min.

Comédie de Ramzy Bedia avec Ramzy Bedia, Élodie Bouchez, Éric Judor, Philippe Katerine, Franck Gastambide, Malik Bentalha.

Un hibou grand duc élit domicile dans le petit appartement de Rocky. Aux oreilles de ce célibataire effacé et réservé, la présence impériale de l'oiseau sonne comme une invitation à sortir de sa coquille. Un jour, Rocky se présente au bureau vêtu d'un costume de hibou. Mais l'indifférence proverbiale de ses collègues à son égard ne change pas, ce qui l'amène à adopter un comportement plus agressif. Enhardi, le drôle d'oiseau aborde sur la rue une femme déguisée en panda. Dans la foulée, il est congédié pour erreur professionnelle. Heureusement, son amitié avec l'ex-chanteur Francis Banane et sa liaison avec la femme panda l'aident à tenir le coup. Pendant ce temps le grand duc refuse les souris que Rocky lui rapporte de l'animalerie et ne bouge pas d'une plume.

Ce premier long métrage en solo de l'humoriste Ramzy Bedia (du célèbre tandem français Éric et Ramzy aperçu dans LA TOUR MONTPARNASSE INFERNALE) repose sur un scénario inconsistant et incohérent. De fait, cette comédie de masques navigue entre humour absurde, poésie surréaliste et conte pour enfants, sans jamais trouver le ton juste.

JASON BOURNE

États-Unis. 2016. 123 min.

Thriller de Paul Greengrass avec Matt Damon, Alicia Vikander, Tommy Lee Jones, Julia Stiles, Vincent Cassel, Ato Essandoh.

Nicky Parsons, ancienne analyste de la CIA passée dans le camp des dénonciateurs, infiltre les serveurs de son ancien employeur et télécharge l'ensemble de ses programmes top-secrets, dont le plus récent, sur le point d'être lancé, est piloté par le nouveau directeur de l'agence, Robert Dewey. Dans le processus, elle découvre des indices troublants impliquant le père de Jason Bourne, à l'époque où ce dernier a été recruté par l'agence. Remontant la piste de Bourne jusqu'à Athènes, où l'ancien super-soldat gagne sa vie dans des combats à mains nues, Nicky lui confie le fichier encrypté, dans l'espoir qu'il le remette à ses complices. Mais leur rencontre, en pleine manifestation, a remis Bourne dans la mire de la CIA. Dewey met Heather Lee, du bureau de cybercriminalité, en charge de retrouver le fichier compromettant et celui qui l'a en sa possession. Rapidement, les caméras de vidéosurveillance annoncent que Bourne a rebondi à Berlin. Tandis que Lee coordonne à distance l'effacement du fichier, Dewey déploie son tueur, un Français issu du même programme que Bourne.

La sécurité nationale et la protection de la vie privée, deux enjeux d'actualité, sont au coeur de cette intrigue à l'écriture un peu boursouflée, inspirée des personnages créés par Robert Ludlum. L'ensemble prend la forme d'une palpitante course autour du globe, montée au scalpel et ponctuée de cascades, de poursuites et de feux d'artifices.

MÈRES INDIGNES

États-Unis. 2016. 101 min.

Comédie de Jon Lucas,Scott Moore avec Mila Kunis, Kristen Bell, Christina Applegate, Kathryn Hahn, Jada Pinkett Smith, Annie Mumolo.

Amy Mitchell, mère de deux enfants, est au bord de l'épuisement. Son mariage bat de l'aile. Son patron se montre de plus en plus exigeant. Mais il y a pire. Amy est continuellement humiliée par Gwendolyn, présidente de l'association de parents d'élèves, ainsi que par l'exemple de ses deux amies parfaites, Stacy et Vicky. Lors d'une réunion de parents, Amy, exaspérée, tombe le masque et renonce publiquement à ce rôle de mère modèle capable de jongler carrière et vie de famille sans jamais perdre son sang froid ou négliger son apparence. Deux mères tout aussi dépassées qu'elle, Carla et Kiki, endossent sa cause. Solidaires, les trois femmes adoptent un comportement disgracieux et s'offrent des soirées bien arrosées. Mais lorsque Gwendolyn, Stacy et Vicky menacent de nuire à Amy et à ses deux enfants, cette dernière riposte. À l'aide de Carla et Kiki, elle brigue la présidence de l'association de parents d'élèves.

Les scénaristes de la franchise THE HANGOVER livrent une attaque gentiment irrévérencieuse du mythe de la "wonder woman" dans cette comédie assez tonique au plan de la fabrication, mais sur le fond puérile et pétrie de gags éculés. Signalons toutefois l'enthousiasme contagieux des actrices, Mila Kunis en tête.

UN MONSTRE DANS LE PLACARD

Canada. 2015. 90 min.

Drame psychologique de Stephen Dunn avec Connor Jessup, Aaron Abrams, Aliocha Schneider, Joanne Kelly, Sofia Banzhaf, Jack Fulton.

Oscar, un garçon de huit ans marqué par la séparation récente de ses parents, assiste impuissant à l'agression violente dont est victime un élève de son école. Rendu à l'orée de l'âge adulte, le jeune terre-neuvien qui rêve d'être admis dans une école d'art new-yorkaise trompe la solitude avec sa seule amie, qu'il maquille ingénieusement et photographie. Mais sa rencontre avec un garçon de son âge au charme époustouflant déclenche en lui d'étranges symptômes. Refoulées pendant de longues années par la violence de son père, l'indifférence de sa mère et le traumatisme lié au drame dont il fut témoin, ses pulsions homosexuelles entrent en ébullition. Elles entraîneront Oscar dans une violente révolte.

Insufflant une bonne dose de fantaisie et d'audace dans un récit initiatique classique, Stephen Dunn signe un premier long métrage singulier. Une bande sonore fantasmagorique, un symbolisme efficace, un montage nerveux et le jeu précis de Connor Jessup s'allient pour rendre fascinant ce drame au carrefour de Dolan et Cronenberg.

NERVE - VOYEUR OU JOUEUR?

États-Unis. 2016. 96 min.

Thriller de Henry Joost,Ariel Schulman avec Emma Roberts, Dave Franco, Juliette Lewis, Emily Meade.

Pour impressionner ses amis, Vee, élève sérieuse et renfermée, s'inscrit à Nerve, un jeu de compétition en ligne, dans lequel des spectateurs parient sur le courage de participants appelés à relever des défis de plus en plus extrêmes. Alors qu'elle relève sa première épreuve (embrasser un inconnu dans un resto), Vee fait la connaissance d'Ian, un mystérieux étranger. Au cours d'une soirée jalonnée d'épreuves de plus en plus périlleuses, elle se retrouvera jumelée avec lui, inexplicablement. Sur Nerve, leur folle course d'un soir fait rapidement monter les enchères. Par la même occasion, elle révèle la face cachée d'un jeu pervers, qui capturera en un rien de temps l'attention de tous les internautes de la planète.

Ce thriller sur les dérives d'un monde hyper connecté aborde maladroitement des thèmes complexes, qu'il trahit à force de rebondissements improbables. La réalisation, énergique mais formatée, laisse vite à eux-mêmes des acteurs réduits au rang d'avatars, perdus dans un film prometteur mais décevant, qui n'a pas l'intelligence de ses ambitions.

PARFAITES

Canada. 2016. 76 min.

Documentaire de Jérémie Battaglia.

Alors qu'elle tente de se qualifier pour Jeux olympiques de Rio en 2016, l'équipe canadienne de nage synchronisée affronte divers obstacles, dont la subjectivité du système de notation et la quête obsessionnelle de la perfection.

Ce portrait nuancé et inspirant dynamite bien des préjugés sur ce sport mal aimé. Tirant le meilleur avantage des témoignages sensibles des nageuses ainsi que des cadrages élégants (les plans sous l'eau sont superbes), l'ensemble vibrant et parfois poétique se présente comme une ode au travail et à la force psychologique de ces battantes.