NOUVELLES
28/07/2016 02:07 EDT | Actualisé 29/07/2016 06:00 EDT

30 résidences expropriées le long du SLR de la Caisse de dépôt

Une trentaine de propriétaires habitant le long du tracé du futur réseau électrique métropolitain de la Caisse de dépôt et placement du Québec seront expropriés. Entre 150 et 160 terrains commerciaux et industriels subiront le même sort.

Un texte de Dominique Hardy

Le Bureau d'audience publique sur l'environnement a rendu publique jeudi l'étude d'impact environnemental du projet préparé par CDPQ INFRA, filiale de la Caisse.

En plus d'y présenter l'évaluation des effets sur l'environnement du projet, l'étude détaille les impacts socioéconomiques. Ainsi, 30 propriétaires de résidences seront expropriés complètement ou en partie (par exemple, un cabanon sur leur terrain pourrait être retiré) pour permettre la construction du tracé du système léger sur rail (SLR).

La Caisse se veut rassurante pour les personnes qui habitent le long du tracé.

« C'est un chiffre conservateur, indique Jean-Vincent Lacroix, directeur des relations médias CDPQ INFRA. Les arpenteurs doivent faire une évaluation précise sur le terrain. »

De 150 à 160 propriétaires de terrains commerciaux et industriels seront aussi expropriés. « Nous entamerons des discussions avec les propriétaires pour les besoins requis pour notre projet », ajoute M. Lacroix. Le train passera aussi sur des terrains appartenant aux différents ordres de gouvernement, qui devront faire l'objet d'entente.

«Quatre-vingts pour cent du tracé passent le long des axes routiers et ferroviaires existants. Il faut remettre les expropriations en perspective sur un tracé de 67 kilomètres.» - Jean-Vincent Lacroix, directeur relations médias CDPQ INFRA

Réseau électrique métropolitain - Étude d'impact d'environnement by Radio-Canada on Scribd

Bâtiments patrimoniaux

Un bâtiment d'intérêt patrimonial à Montréal pourrait être touché par les travaux de constructions de la voie en provenance de la Rive-Sud.

L'édifice Rodier, construit à la fin du 19e siècle et qui abritait l'ancien magasin Baron Sport, rue Notre-Dame Ouest, pourrait être partiellement démoli. Héritage Montréal est consulté pour tenter de protéger cet édifice.

« Selon les informations que nous possédons actuellement, l'intégrité de l'édifice Rodier ne serait pas menacée par le tracé proposé, a dit par écrit l'organisme. L'édifice du New City Gas et le Drummond-McCall sont épargnés, car le tracé du train a été modifié. Certains édifices situés dans le quadrilatère formé par les rues Wellington-Ann-Brennan sont aussi préservés.

«Héritage Montréal est en communication avec l'équipe du projet du REM et est régulièrement consulté pour son expertise en matière de patrimoine.» - Héritage Montréal par courriel

Effets sur l'environnement

La construction des ponts ferroviaires aura des conséquences permanentes sur la qualité de l'eau et l'habitat des poissons. La superficie de certains habitats des reptiles et des amphibiens sera réduite en raison de la perte de milieux humides pour la construction des stations Sainte-Anne-de-Bellevue et Rive-Sud.

Une seule zone agricole, située le long du tronçon Rive-Sud, est touchée par l'implantation d'une station terminale. CDPQ INFRA minimise l'effet du dézonage de cette terre en soulignant qu'elle n'est plus exploitée depuis une dizaine d'années.

Consultation

Les citoyens peuvent prendre connaissance de l'étude et ils ont 45 jours pour demander la tenue d'une audience publique auprès du ministre du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Le projet de réseau électrique métropolitain de transport collectif en chiffres :

  • 67 km de corridors de rail à deux directions
  • 150 000 passages journaliers prévus en 2021
  • 4 tronçons d'un réseau de métro léger entièrement automatisé (Rive-Sud, Sainte-Anne-de-Bellevue, Aéroport international Pierre-Elliot-Trudeau, Deux-Montagnes)
  • 24 stations
  • 13 stationnements incitatifs
  • 9 terminus d'autobus
  • 5,5 milliards de dollars : estimation du coût du projet
  • 16 800 tonnes de gaz à effet de serre en moins par année par rapport à l'utilisation d'autres moyens de transport
  • 2017 : début des travaux au printemps
  • 2020 : mise en service du train à la fin de l'année

VOIR AUSSI:

Galerie photo Dans les coulisses du transport en commun montréalais Voyez les images