Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Sympathie et recueillement à la suite de la mort d'Abdirahman Abdi à Ottawa

L'heure est au recueillement, mardi à Ottawa, au lendemain de l'annonce de la mort d'Abdirahman Abdi. Ce dernier avait été blessé gravement dimanche, à la suite d'une intervention policière.

Au cours des dernières heures, des gens ont déposé des fleurs devant la résidence de ce Canadien d'origine somalienne.

C'est notamment le cas de la ministre fédérale Catherine McKenna, députée d'Ottawa-Centre, qui a aussi rencontré la famille pour lui offrir ses condoléances.

.@cathmckenna tenait à être présente sur les lieux du drame pour offrir ses condoléances à la famille de la victime. pic.twitter.com/7u5vTcZJBR

- Jérôme Bergeron (@Jerome_Bergeron) 26 juillet 2016

Le député provincial d'Ottawa-Centre et procureur général de l'Ontario, Yasir Naqvi, a également transmis ses sympathies sur les réseaux sociaux.

As the MPP for Ottawa Centre, my thoughts & deepest condolences are with Mr. Abdirahman Abdi's family. My statement: https://t.co/XB6tTLY5jU

- Yasir Naqvi (@Yasir_Naqvi) 25 juillet 2016

Le chef de police Charles Bordeleau a aussi offert ses sympathies aux proches d'Abdirahman Abdi, tout comme le président de la Commission des services policiers d'Ottawa, Eli El-Chantiry.

Un rassemblement doit en outre se tenir à la mémoire de l'homme de 37 ans, mardi soir, au parc du square Somerset. Des citoyens pourront y signer un livre de condoléances.

Une campagne de sociofinancement a par ailleurs été lancée sur Internet pour amasser 10 000 $, afin de couvrir les frais des funérailles. L'objectif a déjà été dépassé.

Une autopsie est pratiquée mardi. Elle devrait permettre d'établir si les gestes des policiers ont contribué à la mort d'Abdirahman Abdi qui, selon ses proches, souffrait de problèmes de santé mentale.

Une poursuite à pied

Dimanche matin, la police d'Ottawa s'est rendue rue Hilda, dans le quartier Hintonburg, au sujet de grabuge dans un commerce. La police d'Ottawa précise que plusieurs personnes avaient contacté les autorités pour signaler des agressions.

Les agents ont tenté d'arrêter Abdirahman Abdi, puis une poursuite à pied s'en est suivie.

Selon certains témoins, au moment de maîtriser l'homme, des policiers lui auraient asséné des coups.

Le dossier est maintenant entre les mains des enquêteurs de l'Unité des enquêtes spéciales (UES) de l'Ontario, qui intervient lorsqu'un policier est impliqué dans un incident grave.

L'UES se penche sur deux policiers en particulier. Cinq autres agents ont été identifiés comme des témoins.

La communauté musulmane lance un appel au calme

Malgré les questions, l'organisme Présence musulmane demande à la communauté de laisser l'enquête suivre son cours.

L'organisme Présence musulmane lance un appel au calme et demande à la population d'attendre les conclusions enquête pic.twitter.com/O3BPu0aaWz

- Jérôme Bergeron (@Jerome_Bergeron) 26 juillet 2016

Abdourahman Kahin, porte-parole de l'organisme, espère que la population restera calme, même si certains témoins dénoncent l'intervention menée par les policiers.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.