Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Statistique Canada souhaite renforcer son indépendance du gouvernement fédéral

Close up of calculator keys
Close up of calculator keys

Statistique Canada tâte le terrain quant à la possibilité d'acquérir de nouveaux pouvoirs qui lui permettraient de rendre tous ses sondages obligatoires et de contraindre les entreprises à lui fournir des données telles que les transactions par cartes de crédit ou les historiques de recherche sur le web.

L'agence fédérale envisage également l'abandon de lois fédérales imposant une peine de prison aux citoyens refusant de participer à des sondages obligatoires comme le questionnaire détaillé de recensement.

Les recommandations d'experts externes - obtenues par La Presse canadienne - se traduiraient par une plus grande indépendance de Statistique Canada lorsque vient le temps de déterminer les données qu'elle juge nécessaire de compiler et la façon de les obtenir.

Une révision de la Loi sur la statistique est prévue à l'automne, et les libéraux se sont engagés à accorder plus de liberté à l'agence.

Un porte-parole de Statistique Canada précise que la loi actuelle permet au gouvernement fédéral d'apporter des changements unilatéraux. Il peut éliminer les études longitudinales sur la population canadienne, par exemple, ou encore abolir le formulaire long obligatoire.

Si le gouvernement libéral accueille favorablement les propositions de l'agence, un mur serait érigé entre Ottawa et Statistique Canada, accordant l'indépendance absolue au statisticien en chef.

Voir aussi:

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.