Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Politique ontarienne: un vérificateur indépendant désinformé?

Le directeur du Bureau de la responsabilité financière (BRF), Stephen LeClair, maintien que le gouvernement libéral refuse de lui fournir l'information dont il a besoin pour faire son travail.

Le vérificateur indépendant affirme que son bureau a fait six demandes d'accès à l'information à différents ministères et agences de la province durant l'année qu'il a été en fonction. Il n'a reçu que quatre réponses partielles.

Selon Stephen LeClair, la réponse habituelle est que les informations sont protégées par le secret ministériel. Mais le directeur du BRF est d'avis que les documents qui touchent aux prévisions gouvernementales en termes de revenu et de dépense ne sont pas confidentiels.

Le priver de ces documents nuit non seulement à son travail, dit-il, mais rend aussi ses recherches plus coûteuses.

M.LeClair affirme par exemple qu'il est difficile de savoir si un projet de loi est valable sans avoir accès aux prévisions d'impact du gouvernement. Il lui est aussi difficile d'informer l'ensemble des élus.

Ce n'est pas la première fois que le vérificateur se plaint d'être laissé dans le noir. Il avait déjà déploré que le gouvernement de Kathleen Wynne lui ait refusé l'accès à certaines informations dans le cadre de son examen des effets de la privatisation d'Hydro-One.

L'opposition conservatrice se demande ce que les libéraux ont à cacher au Bureau de la responsabilité financière en agissant de la sorte. Quant aux néo-démocrates, ils y voient la preuve que le gouvernement a manifestement un problème de transparence.

Les libéraux de Kathleen Wynne ont accepté de créer le BRF en échange de l'appui du NPD pour le budget de 2013, alors que le gouvernement était minoritaire, de façon à éviter une élection.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.