Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les deux pilotes d'Air Transat arrêtés en Écosse sont libérés sous caution

Les deux pilotes d'Air Transat soupçonnés d'avoir voulu prendre les commandes d'un Airbus A310 en état d'ivresse ont été libérés sous caution, mardi, dans un tribunal de Paisley, en banlieue de Glasgow, en Écosse, en attendant la suite des procédures.

Jean-François Perreault, un Québécois de 39 ans basé à Toronto et originaire de Cacouna, et Imran Zafar Syed, un Torontois de 37 ans, ont dû remettre leurs passeports aux autorités.

Ils n'ont pas encore répondu à l'accusation. La date de leur prochaine comparution demeure inconnue pour le moment.

Accusés à titre personnel en vertu de la loi sur la sécurité des transports du Royaume-Uni, les deux hommes ont également été suspendus par leur employeur. La loi interdit à un pilote « d'effectuer une fonction lorsque la proportion d'alcool dans son haleine, son sang ou son urine dépasse la limite prescrite ».

Ils avaient été arrêtés le 18 juillet, au moment où ils devaient quitter l'aéroport de Glasgow en direction de Toronto. Des collègues des deux hommes avaient avisé les policiers locaux, trouvant leur comportement inquiétant et doutant de leur capacité à effectuer le vol transatlantique.

Jusqu'ici, Air Transat a refusé de commenter en détail la situation. L'entreprise a toutefois assuré que les quelque 250 passagers importunés seraient dédommagés en vertu de la réglementation européenne, qui prévoit un dédommagement d'environ 865 $ CA en cas d'annulation d'un vol dont le trajet dépasse 3500 kilomètres.

Le transporteur aérien, qui a ouvert une enquête interne, a dit ne tolérer aucun écart en matière de consommation d'alcool. Il a mentionné des règles internes encore plus strictes que les réglementations officielles des deux côtés de l'Atlantique.

Transports Canada a déjà précisé qu'il suit la situation et qu'il compte se pencher lui aussi sur le dossier des deux pilotes.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.