Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Harrison Ford aurait pu être tué lors du tournage de Star Wars : Le réveil de la force

La société Foodles Productions, qui a produit le film Star Wars : Le réveil de la force, a reconnu mardi devant un tribunal britannique des lacunes en matière de sécurité sur le tournage, à la suite d'un accident dont a été victime l'acteur Harrison Ford à l'été 2014.

L'accident aurait « pu provoquer la mort de quelqu'un », a pour sa part estimé le parquet pendant l'audience devant le tribunal de Milton Keynes, près de Londres.

Rappelons que le 12 juin 2014, l'acteur américain de 74 ans s'était cassé la jambe après la fermeture soudaine d'une porte hydraulique sous laquelle il s'était engagé, à l'occasion d'un tournage dans les studios Pinewood, situés près de Londres.

Si l'accident n'a pas été fatal, c'est « parce que le bouton d'arrêt d'urgence a été activé », a fait savoir le parquet.

L'incident avait conduit le régulateur britannique de la sécurité au travail (HSE) à engager des poursuites en début d'année.

Mardi, le HSE a estimé que le choc de la porte en métal, à la vitesse à laquelle elle s'était refermée, équivalait à être renversé par une petite voiture.

Basée à Londres, Foodles Productions, une filiale des studios Disney, doit connaître sa peine le 22 août devant le tribunal de Aylesbury (nord-ouest de Londres).

L'avocat de la société a déclaré, tout en plaidant coupable, qu'il entendait contester le niveau de risque impliqué.

En décembre dernier, Harrison Ford était revenu sur l'accident à l'occasion d'une émission sur la chaîne BBC. L'acteur avait souligné qu'autrefois, ce genre de porte se fermait manuellement à l'aide d'une poulie.

« Mais aujourd'hui, on a plein d'argent et de technologie et ils construisent des putains de super portes hydrauliques qui se ferment à la vitesse de la lumière », avait lancé l'acteur.

Star Wars : Le réveil de la force, septième épisode de la saga, est sorti en décembre dernier.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.