POLITIQUE
25/07/2016 06:54 EDT | Actualisé 25/07/2016 07:11 EDT

Transferts en santé : les provinces feront front commun, selon Gaétan Barrette

OTTAWA – Les provinces et territoires ne lâcheront pas le morceau sur les transferts en santé tant qu’Ottawa n’aura pas clairement annoncé ses intentions, prévient Gaétan Barrette.

En entrevue, le ministre québécois de la Santé s’est dit « très heureux » de voir que les premiers ministres provinciaux et territoriaux se sont tous prononcés en faveur d’une entente à long terme et du respect du fédéralisme asymétrique, lors du Conseil de la fédération au Yukon, la semaine dernière.

« Pour nous, c’est une situation active, explique-t-il. On n’est pas dans une situation où les provinces vont accepter de balayer ce sujet-là sous le tapis. On est dans une situation où il y a des discussions qui doivent aboutir à des résultats, et ça doit passer par un transfert augmenté en santé. »

Gaétan Barrette se dit heureux des conclusions du Conseil de la fédération en matière de santé. (Photo : PC)

Le premier ministre Philippe Couillard et ses homologues étaient tous d’accord pour faire passer le financement du fédéral à 25% du coût total des soins de santé. Or, une réponse se fait toujours attendre du côté du gouvernement fédéral.

« M. Trudeau, jusqu’à date, n’a pas manifesté d’intérêt pour parler de sous. Mais il ne pourra pas passer à côté de ça parce que, manifestement, les premiers ministres, les ministres des Finances et les ministres de la Santé des provinces sont sur la même page et au même endroit », fait valoir le ministre Barrette.

En 2011, le gouvernement conservateur de Stephen Harper avait décidé de changer la façon de calculer les transferts en santé afin de les réduire à la croissance du PIB – avec un seuil minimum de 3% - à partir de l’année 2017-2018.

Pour l’instant, Ottawa n’a pas indiqué que ce taux reviendrait à 6%, tel que demandé par Québec. Une situation que le ministre Barrette avait déplorée peu de temps avant que les premiers ministres des provinces et des territoires se rencontrent au Yukon.

« Il n’y avait pas beaucoup d’enthousiasme, au contraire. Les signaux qui étaient envoyés étaient des signaux que j’ai qualifiés de négatifs et ils l’étaient, répète-t-il. Là, il y a eu le Conseil de la fédération et les provinces sont unanimes : à un moment donné, il y a des décisions à prendre, il va falloir qu’elles se prennent et qu’elles se prennent dans le bon sens. »

Les provinces et territoires veulent un nouvel accord à long terme sur les transferts fédéraux en santé. (Photo: PC)

Le ministre Barrette rejette les allégations voulant qu’il y ait eu des « désaccords » sur la question des fonds ciblés. Québec refuse que les investissements promis en santé soient assortis de conditions, alors que d’autres provinces pourraient s’y conformer.

« Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs, dit-il. Ici, dans la hiérarchie des essais, il faut commencer par aller chercher l’argent, et là-dessus, il y a l’unanimité et ça, pour moi, c’est une excellente nouvelle. »

« On a des problèmes [en santé] qui sont communs au Canada, mais d’une amplitude qui varie d’une province à l’autre. C’est ça, le fédéralisme asymétrique. »

Questionné au sujet des transferts en santé, la semaine dernière, le premier ministre Justin Trudeau a répondu que son gouvernement travaillait avec les provinces afin de répondre « aux réelles préoccupations des citoyens ».

« Nous comprenons à quel point il est important d’avoir enfin un gouvernement fédéral qui – après 10 ans d’un gouvernement fédéral désengagé en matière de santé – est engagé dans les discussions par rapport à notre système de santé », a-t-il dit lors d’un point de presse.

Le premier ministre Justin Trudeau a vanté la collaboration de son gouvernement avec les provinces. (Photo: PC)

Gaétan Barrette a hâte de voir quand Ottawa passera des paroles aux actes, mais il n’est pas question que le fédéral s’ingère dans les compétences des provinces, dit-il.

« Ma position là-dessus, elle est, elle était et elle sera toujours la même : la santé est de juridiction provinciale. Ça demande d’avoir les deux pieds sur le terrain. »

« À partir du moment où le gouvernement fédéral veut dire comment gérer les soins de santé, comment donner les services, c’est totalement en dehors de son territoire. C’est complètement en dehors de sa juridiction », ajoute-t-il.

Les premiers ministres des provinces et des territoires ont demandé une rencontre avec Justin Trudeau afin de parler d’une entente à long terme sur le financement des soins de santé.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Quelques statistiques sur la santé des Canadiens Voyez les images