NOUVELLES
25/07/2016 03:52 EDT | Actualisé 26/07/2017 01:12 EDT

Syrie: la France dénonce le bombardement "révoltant" d'installations médicales

Paris a dénoncé lundi la "violation du droit international humanitaire" et le bombardement "révoltant" d'installations médicales à Alep, où des raids aériens ont touché ce week-end quatre hôpitaux et une banque de sang.

"A Alep, des centaines de milliers de personnes sont bombardées quotidiennement par le régime et ses alliés (...) Il est essentiel de mettre un terme à ces opérations qui constituent une violation flagrante du droit international humanitaire et de l'accord de cessation des hostilités. Le ciblage par le régime et ses alliés d'installations médicales est révoltant", a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Romain Nadal.

200.000 habitants des quartiers rebelles d'Alep sont assiégés depuis le 17 juillet et fréquemment pris pour cible par l'aviation du régime de Bachar al-Assad et de son allié russe.

Des bombardements ont touché ce week-end quatre hôpitaux de campagne et une banque de sang, provoquant notamment la mort d'un nouveau-né, décédé après la rupture de son alimentation en oxygène.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit examiner lundi la situation humanitaire en Syrie.

Paris soulignera l'urgence de "la mise en oeuvre de l'accord de cessation des hostilités, de l'accès continu et sans entrave de l'aide humanitaire, et d'une reprise des négociations en vue d'une transition politique", a déclaré M. Nadal.

cf/prh/nos