NOUVELLES
25/07/2016 09:23 EDT | Actualisé 26/07/2017 01:12 EDT

Salaire de base plus élevé pour le grand patron d'Alimentation Couche-Tard

MONTRÉAL — Aux commandes d'Alimentation Couche-Tard depuis 2014, Brian Hannasch a pour la première fois empoché l'an dernier un salaire de base plus élevé que celui de son prédécesseur et fondateur de la multinationale, Alain Bouchard.

Au cours du dernier exercice, M. Hannasch a reçu une rémunération de 1,59 million $ — en hausse de 17 pour cent — alors que M. Bouchard a touché 1,39 million $, indique la circulaire de sollicitation récemment envoyée aux actionnaires en vue de l'assemblée annuelle du 20 septembre.

Étant donné que l'actuel grand patron de l'entreprise est rémunéré en dollars américains, une partie de l'augmentation de son salaire de base est attribuable à la conversion en dollars canadiens.

En tenant compte d'éléments comme les primes ainsi que la valeur du régime de retraite, la rémunération totale de l'actuel président et chef de la direction de l'exploitant de dépanneurs et de stations-service a atteint 10,3 millions $ lors de l'exercice 2016 terminé le 24 avril dernier, alors qu'elle avait été de 14,8 millions $ l'année précédente.

Ce recul s'explique principalement par la baisse de la valeur des attributions fondées sur des actions octroyées à M. Hannasch, qui est passée de 6,43 millions $ à 1,46 million $. De son côté, la rémunération totale de M. Bouchard est demeurée relativement stable, à 5,1 millions $.

Recruté en janvier dernier, le chef de la direction financière de Couche-Tard, Claude Tessier — anciennement président de Sobeys Québec — a touché un salaire total de 2,62 millions $, dont environ 1,1 million $ en attributions fondées sur des options.

Raymond Paré, qui avait quitté ses fonctions de directeur financier en octobre dernier après 13 ans au sein de la société lavalloise, a touché 1,9 million $, dont une indemnité de départ de 1,5 million $. Il a depuis rejoint les rangs de la Société des alcools du Québec.

Pour la première fois de son histoire, Couche-Tard (TSX:ATD.B) a vu ses profits annuels franchir la barre du milliard de dollars en engrangeant un bénéfice net de 1,2 milliard $ US, en hausse de 28,4 pour cent.

Par ailleurs, contrairement à l'an dernier, la circulaire ne fait aucune mention d'une proposition visant à assurer le maintien des actions à droits de vote multiples de la société.

Faute d'appuis, la direction avait retiré à la dernière minute sa proposition visant à prolonger les modalités de ce statut au cours de l'assemblée annuelle de l'an dernier.

Une clause signée en 1995 prévoit la disparition des titres à 10 votes par action une fois que tous les fondateurs de Couche-Tard auront atteint l'âge de 65 ans. Le plus jeune des quatre, Jacques d'Amours, fêtera son 65e anniversaire en décembre 2021.

Les quatre fondateurs détiennent 76,3 pour cent des actions de catégorie A de l'exploitant l'entreprise, dont la valeur boursière est estimée à 34 milliards $.

Pointant du doigt le secteur financier torontois pour son opposition à la modification de la clause crépusculaire, M. Bouchard avait semé l'émoi en avril dernier au cours d'une entrevue accordée à La Presse en évoquant une possible vente de la société si les actionnaires refusaient de changer leur fusil d'épaule.