NOUVELLES
25/07/2016 19:59 EDT | Actualisé 26/07/2017 01:12 EDT

Les Etats-Unis ne doivent pas réduire l'aide à la Colombie à cause d'un conflit avec Novartis (représentant de l'ONU)

Les Etats-Unis ne doivent pas céder aux pressions de l'entreprise pharmaceutique Novartis et diminuer leur aide à la Colombie visant à soutenir la paix avec les FARC, a déclaré le représentant en Colombie du Haut Commissariat aux droits de l'Homme de l'ONU, Todd Howland.

M. Howland, un Américain qui souffre de leucémie myéloïde chronique (LMC), a demandé aux législateurs de son pays de ne pas pénaliser la Colombie pour le différend qui oppose la société Novartis au gouvernement de Juan Manuel Santos. Le gouvernement colombien a décidé de baisser le prix de l'imatinib, un médicament utilisé dans le traitement de la LMC, vendu par Novartis sous le nom de Glivec.

Selon l'Américain, ses six années de traitement contre la LMC ont coûté 635.000 dollars seulement en médicaments. "Sans l'intervention du gouvernement, de nombreux colombiens atteints de LMC seraient simplement morts", a-t-il asséné.

"Les économies faites sur le Glivec permettraient à la Colombie de consacrer des centaines de millions de dollars aux droits de l'Homme (...), à promouvoir le développement économique à long terme et une stabilité essentielle à la paix", a-t-il ajouté.

En juin, le gouvernement colombien avait établi une déclaration d'intérêt public pour le Glivec afin de baisser son prix, après avoir échoué à négocier avec Novartis.

M. Howland a déclaré que le Glivec, le médicament vedette de Novartis, avait rapporté 4,7 milliards de dollars en 2015 à Novartis.

Le président américain Barack Obama avait annoncé en février un plan d'aide de 450 millions de dollars pour la période post-conflit en Colombie. Le montant doit être approuvé par le Congrès, contrôlé par le parti républicain.

ad/raa/yow/cro/mba

NOVARTIS