NOUVELLES
25/07/2016 17:40 EDT | Actualisé 26/07/2017 01:12 EDT

Le Fonds Latino-Américain de réserve (FLAR) approuve un crédit de 482,5 millions d'euros au Venezuela

Le Fonds Latino-américain de Réserve (FLAR) a approuvé un crédit de 482,5 millions de dollars à la banque centrale du Venezuela, "en accord avec son but de contribuer à la stabilité économique de la région", a indiqué lundi l'organisation.

"Le directoire du Fonds Latino-américain de réserve (FLAR) a approuvé le 22 juillet l'octroi d'un prêt de 482,5 millions de dollars à la banque centrale du Venezuela, sur une période de trois ans", précise l'organisme dans un communiqué de presse.

Selon ce dernier, la banque centrale vénézuélienne a confirmé à l'organisation économique multilatérale que le Tribunal Suprême de Justice du Venezuela "a vérifié l'autonomie nécessaire pour contracter un crédit extérieur, et il a autorisé la souscription à un emprunt auprès du Fonds Latino Américain de Réserve."

Le contenu précis de l'emprunt se concrétisera "par un accord qui sera signé prochainement", ajoute le FLAR, qui dit être "respectueux de la souveraineté et des institutions" de chacun des pays membres, car il ne se prononce pas sur la destination des ressources attribuées.

"Le directoire du FLAR est respectueux des conditions légales et des politiques internes d'endettement extérieur de chaque pays, comme l'est l'emprunt dont il est question aujourd'hui", affirme le communiqué.

Le fonds latino-américain de réserve, fondé en 1978, est un organisme multilatéral dans lequel les Etats-membres fournissent des apports de capitaux pour s'entraider pendant des périodes conjoncturelles qui affectent leurs balances de paiement.

Les huit pays membres sont la Bolivie, la Colombie, le Costa Rica, l'Équateur, le Paraguay, le Pérou, l'Uruguay et le Venezuela.

Le Venezuela fait face à une récession économique résultant de l'effondrement des prix du pétrole, pourvoyeur de 96% des devises du pays, et d'une pénurie de dollars, nécessaires à l'importation de la plupart de la nourriture et des médicaments consommés par la population.

La pénurie de produits de base s'élève à plus de 80% des produits du pays, le Fonds Monétaire International (FMI) prévoit une inflation de 700% pour 2016, et la population est obligée de faire plusieurs heures de queue pour espérer acquérir le moindre aliment.

raa/ad/sgf/cro/juf