NOUVELLES
25/07/2016 07:28 EDT | Actualisé 26/07/2017 01:12 EDT

La Russie évalue qu'au moins 8 de ses athlètes seront exclus des Jeux de Rio

MOSCOU — Au moins huit athlètes russes sont assurés de rater les Jeux olympiques de Rio de Janeiro le mois prochain en vertu des nouvelles règles du CIO interdisant aux athlètes déjà convaincus de dopage de participer aux compétitions, a indiqué le président du Comité olympique russe.

Alexander Zhukov avait révélé plus tôt que seulement huit athlètes seraient concernés, mais il a reconnu après une réunion du comité que ce nombre pourrait augmenter.

«Je pense que nous aurons bientôt toute l'information, a déclaré Zhukov. J'avais dit huit, mais il est clair que c'est plus.»

Si Zhukov n'a pas donné les noms, des athlètes en natation, en cyclisme et en haltérophilie sont susceptibles d'être concernés.

Zhukov s'est exprimé au lendemain de la décision de la commission exécutive du Comité international olympique de ne pas procéder à une exclusion complète des athlètes russes dans la foulée des allégations d'un dopage généralisé avec la complicité de l'État. Le CIO a laissé aux fédérations internationales de chaque sport le soin de décider au cas par cas si les athlètes russes peuvent y participer.

Les règles interdisent à la Russie d'envoyer aux Jeux de Rio des athlètes qui ont déjà été sous le coup d'une suspension pour dopage. Les fédérations sportives peuvent également rejeter des demandes d'athlètes russes s'ils ne se sont pas soumis à des contrôles antidopage satisfaisants sur la scène internationale. Les tests antidopage russes ne seront pas acceptés compte tenu des allégations de camouflage du laboratoire de Moscou.

On ignore pour l'instant si les critères du CIO pourraient faire l'objet de contestations judiciaires. Une mesure similaire du CIO, connue sous le nom de la règle Osaka, qui interdisait à tout athlète suspendu pour une période de plus de six mois de participer aux Jeux olympiques suivants, a été invalidée par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Zhukov a déclaré que les dernières règles du CIO violent le «principe d'égalité», car elles sont appliquées seulement à la Russie, mais il a déjà exclu une procédure en justice.

Andrei Mitkov, l'agent de la nageuse championne du monde Yulia Efimova précédemment suspendue, a déclaré au site web russe Sportbox que l'athlète fera appel au TAS si elle n'est pas autorisée à participer aux jeux.

Les membres de l'équipe d'athlétisme russe restent exclus des jeux à la suite d'une décision de l'IAAF, confirmée la semaine dernière par le TAS et acceptée par le CIO.

À l'approche de la cérémonie d'ouverture, le 5 août, il appartient désormais aux 27 fédérations internationales sportives restantes d'examiner la situation des athlètes sur une base individuelle.

La fédération internationale de tir à l'arc a approuvé, lundi, la présence de trois archères russes à Rio après avoir déterminé qu'elles n'ont aucun lien avec le dopage.

L'organisme a expliqué qu'il est convaincu que les trois athlètes russes nommées pour les jeux ont été «largement» contrôlées et n'ont jamais été sanctionnées pour dopage. Il s'agit de Tuiana Dashidorzhieva, Ksenia Perova et Inna Stepanova.

Le tir à l'arc n'est pas l'un des sports nommés dans le rapport de l'avocat canadien Richard McLaren, qui a accusé la Russie d'avoir camouflé des cas de dopage dans 20 sports des Jeux olympiques d'été.

Les archers russes ont été ciblés pour des contrôles supplémentaires, à la fois en compétition et à l'extérieur, depuis la publication du rapport.

La Fédération internationale de tennis a par ailleurs indiqué, dimanche, qu'elle s'attend à ce que les huit joueurs de tennis russes soient autorisés à prendre part aux jeux. La FIT a souligné que les joueurs «ont fait l'objet d'un programme de contrôles antidopage rigoureux à l'extérieur de la Russie.

____

Le journaliste Stephen Wilson à Londres à contribué à cet article.