NOUVELLES
25/07/2016 08:32 EDT | Actualisé 26/07/2017 01:12 EDT

Est-ce que le vent tourne pour Donald Trump?

Un sondage CNN publié aujourd'hui donne 48 % des intentions de vote à Donald Trump contre 45 % à Hillary Clinton, et montre une augmentation de 6 % pour le candidat républicain par rapport au dernier sondage. Est-ce significatif? Non, et voici pourquoi. 

Un texte de Ximena Sampson

Tout d'abord, ce type de rebond est habituel pour les candidats à la présidentielle américaine après la convention de leur parti, qui les a placés au centre de l'attention médiatique pendant une semaine. C'est ce qu'on appelle le rebond post-convention.

Le plus notable est celui de Bill Clinton, qui a enregistré un rebond de 16 points dans les intentions de vote après la convention de 1992. Il a ensuite remporté l'élection présidentielle avec 43 % des voix contre 37,5 % contre George H. Bush.

Mais cet effet de rebond, quoique d'ampleur variable, est bien là après toutes les conventions, selon une recension effectuée par des professeurs de l'Université de la Californie. D'après le politologue américain Larry Sabato, il est en moyenne de 4,5 % pour les républicaines et de 5 % pour les démocrates.

« Il faudra voir ce qu'il va rester de ça à la mi-août », soutient Frédérick Gagnon, directeur de l'Observatoire sur les États-Unis à la chaire Raoul-Dandurand de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). « Trump est la saveur du jour, dit-il. On sort de quatre journées de publicité à outrance. »

Loin du vote... et en pleines vacances

Ensuite, les sondages à cette période-ci de la campagne ne veulent pas dire grand-chose, souligne Claire Durand, professeure au département de sociologie de l'Université de Montréal et spécialiste des sondages.

« Quand vous mesurez les intentions de vote à quatre mois des élections vous êtes dans le domaine de l'hypothétique », souligne-t-elle. Dans ce contexte de question hypothétique, les résultats ne sont pas très fiables. De plus, à cette période de l'année, un grand nombre de personnes sont en vacances, ce qui influence le choix de l'échantillon de répondants.

« On va pouvoir commencer à se fier plus sérieusement aux sondages à la fin août », remarque Mme Durand, « parce que les gens vont être de retour de vacances, l'élection va approcher, les possibles rebonds vont s'être estompés et les gens vont commencer à voir les débats et à se préoccuper véritablement de la question. »

Trump : un gain « assez impressionnant »

Par contre, un gain de six points est « assez impressionnant compte tenu des difficultés de la convention républicaine », souligne Frédérick Gagnon. « Il y a des gens qui en ont assez du système et qui ont envie de brasser la cage. »

Ce sont maintenant les démocrates qui vont bénéficier de l'attention médiatique alors que la convention républicaine s'ouvre à Philadelphie. De grosses pointures sont attendues, telles que Michelle Obama et Bill Clinton.