POLITIQUE
21/07/2016 05:31 EDT | Actualisé 21/07/2016 05:31 EDT

Phénix : il y a eu deux cas de violation à la vie privée, admet le gouvernement

Moins d'une semaine après avoir fait son mea culpa sur le fiasco entourant le système de paye Phénix, le gouvernement confirme qu'il y a eu des cas de violation à la vie privée des employés fédéraux.

C'est encore la sous-ministre de Travaux publics et Approvisionnement Canada (TPAC), Marie Lemay, qui est allée au front pour donner plus de détail sur la situation.

Dans un communiqué de presse, émis jeudi, la sous-ministre admet que la vie privée des fonctionnaires a été violée à deux occasions au cours d'un essai et de la mise en oeuvre du système de paye Phénix.

Selon la ministre, le premier cas est survenu entre les mois de mars et juillet 2015 et le deuxième cas entre les mois de février et avril 2016.

« Nous avons immédiatement apporté des modifications au système pour éviter d'autres cas d'atteinte à la vie privée », a-t-elle indiqué.

« La Direction générale de la surveillance de notre ministère a examiné de près ces situations et a déterminé qu'elles présentaient un faible risque à l'atteinte de la vie privée des employés. »

Il n'existait aucune preuve que les renseignements personnels des employés avaient été consultés par d'autres personnes que des fonctionnaires ou des entrepreneurs du gouvernement.

Marie Lemay, sous-ministre TPAC

Les deux cas ont été signalés au Commissariat à la protection de la vie privée du Canada .

Le premier cas

Le premier cas touchait le code d'identification de dossier personnel (CIDP), le nom et les montants de paye des employés fédéraux. Il a eu lieu lorsque le système Phénix était toujours au stade de développement et des ingénieurs de IBM effectuaient des tests.

Le commissaire à la vie privée aurait étudié la situation et conclu que TPAC a pris toutes les mesures nécessaires pour remédier à la situation. Les informations auraient, depuis, été supprimées.

La sous-ministre a tenu à rassurer les fonctionnaires qui auraient pu être touchés par ce cas d'atteinte à la vie privée.

« Les renseignements compromis constituaient des données brouillées », a-t-elle précisé. « Par conséquent, il aurait fallu des connaissances techniques et beaucoup de temps pour les rendre lisibles. »

Le deuxième cas

Le deuxième cas est survenu après le lancement du système de paye Phénix. Les renseignements personnels de l'ensemble des fonctionnaires pouvaient être lus par, au moins, quatre gestionnaires.

Les informations lisibles étaient le nom et le CIDP.

« Ces problèmes d'accès ont été réglés », a dit la sous-ministre Lemay. « Nous avons apporté des modifications au système pour éviter que de nouveaux problèmes ne surgissent. »

Les syndicats réagissent

L'Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) déplore la gestion complète entourant la mise en oeuvre du système de paye Phénix.

« On a encore une fois une preuve que le système lui-même a de sérieux ratés », a réagi Larry Rousseau, le vice-président exécutif régional. « Il faut vraiment faire quelque chose pour fermer Phénix et retourner à l'ancien système, ou bien refaire le système complètement et retourner à la case de départ. »

Ce système-là a de sérieux problèmes. Je ne sais pas comment ils vont faire pour les régler!

Larry Rousseau, AFPC

M. Rousseau ne trouve rien de rassurant dans les explications de la sous-ministre Lemay. Les brèches à la vie privée des fonctionnaires sont un problème inacceptable, selon lui.

Voir aussi:

Galerie photo 8 astuces pour sécuriser sa vie privée en ligne Voyez les images