Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un homme sous la tutelle du curateur public est retrouvé mort après 4 jours sans soin

Un homme autiste de 57 ans a été retrouvé mort dans son appartement sans qu'on sache depuis combien de temps il était mort.

Ronald Wilderman a été retrouvé dans son appartement de la rue Sherbrook par un employé de la firme Tesk & Associates qui assurait des soins à l'homme. La firme est payée 312,50 $ par jour pour prêter assistance au client pendant 12 heures.

« Que s'est-il passé ? », se demande Elizabeth Rosenberg, la soeur de Ronald Wilderman. « Comment une personne qui est supposée prodiguer des soins chaque jour peut-elle s'absenter pendant quatre jours ? ».

M. Wilderman était sous la tutelle du curateur public et devait recevoir des soins quotidiens par la firme Teskey & Associates qui a été embauchée par l'Office régional de la santé de Winnipeg (ORS).

La firme devait s'assurer que M. Wilderman prenne un comprimé d'insuline chaque jour afin de contrôler son diabète. Le carnet d'activité de la firme indique que le dernier comprimé administré au patient remonte au 27 mai, soit quatre jours avant sa mort.

Le carnet indique également qu'un employé a brièvement vu M. Wilderman le 28 mai vers 13 h 30. « Je conduisais dans la rue Sherbrook et j'ai aperçu M. Wilderman de l'autre côté de la rue avec un gros sac d'épicerie. J'ai fait demi-tour et je ne pouvais plus le trouver », indique le rapport de l'employé dans le carnet.

Comparution au tribunal ratée

M. Wilderman devait se présenter en cour le 28 mai, pour répondre à des accusations d'agression et de menace contre un employé de la firme Teskey & Associates. Un mandat d'arrêt a été lancé quand il ne s'est pas présenté devant le juge.

L'Office régional de la santé de Winnipeg s'attendait à ce que la firme s'assure que leur patient soit présent au tribunal.

Elizabeth Rosenberg affirme qu'elle a appris seulement après la mort de son frère qu'il faisait face à des accusations.

« Ce qui me surprend, encore une fois, c'est que même après avoir raté sa comparution en cour, personne n'est allé vérifier avant le dimanche ».

Le directeur de Teskey & Associates, Harris Teskey, affirme qu'il ne peut pas commenter dans les médias à propos des services individuels offerts par la firme. Il souligne toutefois que la firme se soucie profondément de chaque client qu'elle dessert, et est déterminée à offrir les meilleurs services possible à tout moment.

Le contrat entre L'ORS et la firme pour offrir des soins à M. Wilderman a débuté en janvier 2014 lorsque sa famille s'est entendue qu'il devait être placé sous la charge du curateur public.

M Wilderman a été expulsé de plusieurs logements avant de se retrouver à la rue pour une courte période.

Des documents démontrent que les employés du curateur public savaient bien longtemps avant sa mort, qu'il existait des problèmes avec les soins qu'il recevait.

Un employé de la firme avait écrit au curateur public, un an avant sa mort, que les employés de Teskey avaient de la difficulté à répondre aux besoins du client avec les fonds qu'ils avaient.

La lettre disait aussi que M. Wilderman était agressif et avait des comportements abusifs envers les employés de la firme.

À la suite de la mort de Ronald Wilderman, l'ORS a demandé une révision interne du contrat qu'elle détenait avec la firme.

Le rapport qui a été remis en juin 2016 contenait 11 recommandations pour améliorer les communications et la collaboration entre les différentes agences et l'ORS.

L'ORS dit accepter toutes les recommandations du rapport et affirme avoir déjà fait des modifications. Un nouveau protocole a été mis sur pied pour connaître les mesures à prendre quand un patient ne prend pas ses médicaments.

Mme Rosenberg aimerait que le Bureau du médecin légiste en chef ouvre une enquête pour déterminer les circonstances de la mort de son frère.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.