Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Pas de demande officielle pour le Brexit avant la fin de l'année

De passage en Allemagne mercredi, la nouvelle première ministre du Royaume-Uni, Theresa May, a indiqué qu'il faudrait du temps pour déposer à l'Union européenne (UE) la demande officielle de sortie de son pays, et que cela n'arriverait pas avant la fin de l'année.

« Cela va prendre du temps et demander un travail très précis », pour préciser la position du Royaume-Uni dans les négociations avec le reste de l'Union européenne sur les conditions du Brexit, a-t-elle souligné dans un point de presse avec la chancelière allemande, Angela Merkel, qui s'est montrée compréhensive sur le calendrier.

« Il est dans l'intérêt de tous que la Grande-Bretagne demande cette sortie quand elle aura une position de négociation bien définie », a déclaré la chancelière.

Après son passage en Allemagne, la première ministre Theresa May doit se rendre en France jeudi pour rencontrer le président François Hollande qui, jusqu'à présent, a insisté sur la nécessité d'aller vite avec le Brexit.

Londres renonce à la présidence du Conseil de l'UE

Le Royaume-Uni a renoncé à sa présidence tournante du Conseil de l'Union européenne au deuxième semestre de 2017. L'Estonie prendra sa place.

Entre-temps à Londres, l'ex-premier ministre David Cameron est sérieusement critiqué pour la gestion du référendum du 23 juin et du Brexit dans un rapport de la Commission des affaires étrangères du Parlement britannique.

Le rapport affirme que l'ex-premier ministre s'est rendu coupable de « négligence grave » en s'abstenant de préparer un « plan d'action » face à un éventuel Brexit.

« Cela a exacerbé les incertitudes post-référendum, tant au Royaume-Uni que chez nos grands partenaires internationaux, et cela rend la tâche du nouveau gouvernement plus difficile encore », ajoute le rapport.

Ce manque de prévoyance fait en sorte que, près d'un mois après le référendum du 23 juin, le pays n'en est qu'à la phase « émergente » dans sa préparation du Brexit, soulignent les 11 députés qui ont rédigé le rapport.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.