Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Ottawa veut aider les exportateurs de boeuf à percer de nouveaux marchés

Le gouvernement fédéral offre une aide d'un maximum de 6,4 millions de dollars sur trois ans pour les producteurs de boeuf canadiens afin de développer de nouveaux marchés internationaux.

De passage à Calgary mercredi, le ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire Lawrence MacAulay a affirmé que cet investissement permettrait de mieux faire connaître les produits canadiens dans le monde.

« Notre boeuf est bon, aussi bon ou meilleur que celui de n'importe où ailleurs dans le monde et nous voulons être capables de l'envoyer n'importe où dans le monde », a dit Lawrence MacAulay.

L'investissement aidera l'organisation Boeuf Canada à continuer de développer de nouvelles affaires à l'international et à accroître la fidélité des consommateurs en un produit qui selon son président, Jack Hextall est apprécié dans le monde.

« Il y a une grande demande pour la grande qualité de boeuf que nous fournissons », affirme-t-il.

En 2015, l'industrie bovine canadienne a exporté des produits d'une valeur de 2,2 milliards de dollars dans 58 pays et le gouvernement s'attend à ce que cette demande augmente au cours des prochaines années selon la directrice générale des programmes du ministère de l'Agriculture, Lynn Renaud.

« C'est l'augmentation de la population et puis certains pays auxquels il y avait un accès plus restreint sont en mesure maintenant de démontrer plus de flexibilité. »

L'annonce survient quelques semaines après que le Mexique et Taiwan eurent rouvert leurs frontières au bœuf canadien. Les deux pays faisaient partie de ceux qui s'étaient détournés du boeuf canadien à la suite de la crise de l'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), mieux connue sous le nom de maladie de la vache folle.

L'initiative devrait « renforcer la confiance des consommateurs et leur appréciation de la valeur et la désirabilité du boeuf canadien grâce à des activités visant à comprendre les besoins des consommateurs et d'y répondre », indique le ministère de l'Agriculture par voie de communiqué.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.