Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Fermeture de la mine de PotashCorp au N.-B.: des conséquences moins lourdes que prévu

La mine de potasse Picadilly a fermé ses portes près de Sussex, au Nouveau-Brunswick, il y a six mois. La communauté estime que les conséquences de cette fermeture pèsent moins lourd qu'anticipé.

Même si des travailleurs ont quitté la région, l'important ralentissement économique que certains craignaient ne se fait pas encore sentir à Sussex.

PotashCorp a annoncé en janvier la fermeture de sa mine de potasse dans la région, et ce, deux mois après l'arrêt de production de la mine de Penobsquis, à quelques kilomètres de là.

430 employés étaient soudainement mis à pied.

Des commerçants plus ou moins optimistes

Six mois plus tard, l'angoisse s'est envolée chez des entrepreneurs.

« Les affaires vont mieux que jamais », estime Ann Ophaug, propriétaire de la savonnerie The Soap Works.

La Chambre de commerce de Sussex dit quant à elle qu'un vent d'optimisme souffle sur Sussex. Les gens ont décidé de se prendre en main et de diversifier l'économie locale.

Mais cet optimisme n'est pas partagé par tout le monde.

Un commerçant estime que son chiffre d'affaires a souffert de la fermeture de la mine, notamment parce que les résidents restent prudents et n'entament pas d'importants travaux ménagers.

Un autre, qui gère une quincaillerie qui fournissait des matériaux à la mine, indique qu'il a perdu un important client, et qu'il doit à présent espérer que les clients achèteront ces produits destinés à une mine maintenant fermée.

« Les conséquences pour mon commerce n'ont rien à voir avec ce que vivent les gens touchés personnellement par la fermeture », déclare Don Moffet, gérant de la quincaillerie Moffet's Hardware.

Des travailleurs ont accepté un emploi dans l'ouest ou ont décidé de réorienter leur carrière, à l'extérieur de la région.

Selon un dirigeant syndical qui représente ces travailleurs, si pour l'instant la vie semble suivre son cours, c'est seulement l'an prochain que les réels effets de ces pertes d'emploi se feront sentir.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.