Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Enbridge s'entend avec le gouvernement américain à la suite de deux fuites de pipeline

L'entreprise Enbridge, basée à Calgary, s'est entendue pour verser 177 millions de dollars américains au gouvernement des États-Unis relativement à deux fuites de pipelines, dont celle survenue dans la rivière Kalamazoo au Michigan en 2010.

L'entente prévoit qu'environ 62 millions de dollars seront versés en amendes administratives à la suite de la fuite de plus de trois millions de litres de pétrole dans la rivière Kalamazoo et un autre cours d'eau : l'un des plus importants déversements de l'histoire américaine.

Enbridge avait déjà estimé les coûts de nettoyage entraînés par cette fuite à 1,2 milliard de dollars.

Des pénalités d'un million de dollars sont également associées à une fuite survenue deux mois plus tard provenant d'un pipeline de l'entreprise. Le pétrole s'était déversé dans un cours d'eau tributaire de la rivière Des Plaines en Illinois.

Enbridge s'est aussi engagée à verser 110 millions de dollars pour améliorer son équipement, l'entraînement de son personnel et sa capacité de réponse à des problèmes sur son système de pipelines. L'entreprise doit entre autres renforcer l'entretien et la surveillance de son système de pipeline Lakehead, adopter des mesures pour protéger l'environnement et les communautés situées le long de 3200 kilomètres de pipelines. Elle doit également installer des systèmes de détection des fuites et de surveillance qui seront inspectés de façon indépendante afin de prévenir d'autres incidents.

Enbridge a déjà remplacé 458 kilomètres de son pipeline 6B qui a fui dans la rivière Kalamazoo.

Brad Shamla, le vice-président des opérations d'Enbridge aux États-Unis, affirme que l'entreprise a transformé son approche par rapport à la sécurité à la suite des deux fuites survenues en 2010.

Des groupes environnementalistes affirment qu'Enbridge s'en est sortie à bon compte et ont demandé des amendes plus sévères à l'avenir.

« Une amende de 62 millions de dollars et des promesses de mieux entretenir des pipelines comme pénalité pour la pire fuite de pétrole survenue en sol américain c'est terriblement insuffisant », dit Collin O'Mara, président de la National Wildlife Federation.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.