Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Assassinat d'un journaliste ukrainien pro-occidental

Un journaliste ukrainien pro-occidental a été tué mercredi matin par l'explosion de la voiture qu'il conduisait dans le centre-ville de Kiev.

Le journaliste de 44 ans, Pavel Cheremet travaillait pour le site d'information indépendant Ukraïnska Pravda. Mais c'est en se rendant à Radio-Vesti, où il animait une émission matinale, que sa voiture a explosé.

La voiture piégée appartenait à l'une de ses collègues, mais celle-ci n'était pas à bord au moment de l'explosion.

« Une tragédie terrible »

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a dénoncé réagi sur Twitter en qualifiant la mort de Pavel Cheremet comme une « tragédie terrible ». Le chef d'État a ajouté que « les coupables seront punis ».

Pour le ministre ukrainien de l'Intérieur, Arsene Avakov, il s'agit d'un « meurtre effronté », visant à déstabiliser le pays.

Un de ses conseillers a précisé sur Facebook qu'un « engin explosif improvisé, peut-être contrôlé à distance ou par un retardateur, a explosé. D'après les recherches préliminaires, cela équivalait à 400-600 grammes de TNT ».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, s'est également exprimé mercredi en affirmant que la Russie était « profondément touché » par cet événement.

L'histoire se répète

Ukraïnska Pravda est un média indépendant réputé qui avait été fondé par Guéorgui Congadzé à la fin des années 1990.

En septembre 2000, le fondateur du journal avait été enlevé, puis retrouvé décapité deux mois plus tard dans une forêt à une centaine de kilomètres de Kiev. La tête de Guéorgui Congadzé ne fut retrouvée que neuf ans après sa mort.

Pour la rédactrice en chef d'Ukraïnska Pravda, Sevguil Moussaïeva-Borovik, la mort de Pavel Cheremet est liée « à ses activités professionnelles ».

Un journaliste engagé

Pavel Cheremet est originaire de Biélorussie où il travaillait pour la télévision nationale. En conflit avec le régime autoritaire d'Alexandre, le journaliste décide de quitter le pays et de fonder son propre site d'information, Belarousski Partizan.

Il travailla ensuite pour plusieurs chaînes de télévision publique russe avant de quitter le pays en 2014 en protestant contre la couverture des événements ukrainiens.

Ce meurtre intervient alors que l'Ukraine est toujours divisée par un conflit à l'est du pays qui a fait près de 9500 morts en deux ans.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.