Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le coeur de Nice bat au ralenti

Tranquillement, Niçois et touristes se réapproprient la promenade des Anglais, véritable symbole de la ville de Côte d'Azur. La route a été partiellement rouverte à la circulation, mais la vie est loin d'y être revenue à la normale. Il suffit d'y marcher pour le réaliser.

Un photoreportage de Raphaël Bouvier-Auclair

La promenade des Anglais, c'est sept kilomètres de route en bord de mer. D'un côté, l'eau, de l'autre, hôtels, appartement et casinos. En juillet, l'endroit est bondé de touristes.

La promenade des Anglais, c'est désormais aussi le théâtre de l'un des pires attentats qu'a connus la France. C'est sur une partie de cette route que 84 personnes ont perdu la vie le soir du 14 juillet.

La plaie est encore vive. Un peu partout le long de la promenade, des signes le rappellent.

Ces fleurs, par exemple, qui ont été déposées sur la chaussée et devant lesquelles les passants s'arrêtent, pour rendre hommage aux victimes.

« Maman, c'est le camion qui a fait ça? », demande une fillette à sa mère, en regardant une fleur jouxtant les traces de pneu laissées par le passage de la semi-remorque qui a foncé dans la foule, jeudi soir dernier.

Il y a aussi ces affiches que l'on aperçoit, collées sur les panneaux publicitaires et sur des poteaux. Elles montrent le visage de personnes qui n'ont pas donné signe de vie à leurs proches depuis le 14 juillet.

Sur la plage, dans la rue, dans les journaux et dans les conversations, un seul sujet : l'attentat et ses conséquences. La promenade est devenue un lieu d'échange. Qu'est-ce qui a pu pousser un homme à tuer autant de personnes, dont des enfants? La sécurité était-elle suffisante? Comment l'attaque aurait-elle pu être évitée?

Au-delà des questions et des débats, il y a le deuil. Sur la promenade, les drapeaux français, mais aussi ceux de bien d'autres pays, sont en berne. Certaines victimes étaient des étrangers en visite à Nice. La solidarité est internationale.

Plus on avance vers le centre de Nice, plus les lieux de recueillement sont imposants. Parfois, des centaines de bouquets de fleurs et des peluches qui ne cessent de s'accumuler.

Ici, on pleure, on réfléchit. Parfois, la foule entonne la Marseillaise l'hymne national.

Puis, quand la nuit tombe, des passants viennent allumettes ou briquet à la main s'assurer que les bougies qui encerclent ces lieux de rassemblement ne s'éteignent pas.

Plus que jamais, la promenade des Anglais est le coeur de Nice.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.