Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La guerre des enchères pour louer un appartement s'intensifie à Vancouver

Le marché ultra saturé de la location immobilière à Vancouver entraîne une guerre d'enchères pour les locataires désireux de trouver un appartement.

Avec moins de 1 % de logements locatifs vacants disponibles dans la ville, les locataires doivent bien souvent proposer de payer des loyers plus élevés que le prix demandé pour essayer de convaincre les propriétaires.

Devin Cox, un étudiant en massothérapie de 28 ans, confirme cette tendance.

Lui et son colocataire sont à la recherche d'un appartement avec un budget de 2000 $ pour un appartement de deux pièces situé près du centre-ville.

Dès les premiers rendez-vous pour remplir les formulaires de candidature, il a remarqué la présence de petites cases au bas de la page indiquant combien le locataire est disposé à verser en plus du loyer demandé à l'origine.

« C'est fou, je loue depuis une dizaine d'années dans le quartier du centre-ville et je n'ai jamais rien vu de tel », déplore-t-il.

Après de nombreux échecs, ils ont dû se résoudre à participer à cette guerre d'enchères. Mais, même en misant 250 $ de plus que le prix demandé, ils n'ont pas pu décrocher un logement locatif. « Quelqu'un a misé encore plus que nous », dit-il.

Le procédé n'est pas illégal

« Lorsque vous avez une offre très limitée de logements disponibles et beaucoup de locataires, ce genre de pratique est désormais courante dans la ville », constate Andrew Sakamoto, directeur de l'association Tenant Resource and Advisory Centre.

« Mais il n'y a rien d'illégal, les propriétaires ont tout à fait le droit de fixer le montant du loyer qu'ils souhaitent », précise-t-il.

David Hutniak, président de l'organisme réunissant des propriétaires LandlordBC, se dit inquiet de la tournure des événements et de la prolifération des guerres d'enchères sur le secteur locatif.

« En tant qu'industrie, lorsque nous entendons dire que nous encourageons les guerres d'enchères, nous nous sentons concernés. La question d'équité et de justice se pose », affirme-t-il.

La Ville de Vancouver affirme qu'elle s'attaque à la crise du logement en essayant d'instaurer une taxe sur les propriétés laissées vacantes dans la ville. Cette mesure est censée encourager les propriétaires immobiliers à proposer leur logement sur le marché locatif et augmenter l'offre disponible.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.