Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Inquiétudes chez les policiers américains à la veille de la convention républicaine

Dans la foulée des récentes attaques contre des policiers, un représentant syndical des policiers de Cleveland demande au gouverneur de l'Ohio, John Kasich, de déclarer l'État d'urgence et de suspendre les lois permettant le port d'armes pendant toute la durée de la convention républicaine qui débute lundi.

« Je me fous de savoir s'il y a un précédent légal. J'ai l'intime conviction que quelqu'un avec du leadership doit se lever et défendre nos policiers », a déclaré Steve Loomis, président de l'Association des patrouilleurs de Cleveland.

Steve Loomis dit s'inquiéter des répercussions des événements de Dallas et de Baton Rouge qui pourraient, selon lui, causer un effet d'entraînement et encourager des imitateurs à les reproduire durant la convention.

Différentes associations ont d'ailleurs annoncé qu'elles iraient à la convention pour manifester contre la candidature du milliardaire à l'investiture républicaine.

En plus des militants de Black Lives Matter et des New Black Panthers, des groupes suprémacistes blancs ont laissé savoir qu'ils se déplaceraient pour l'occasion, faisant craindre des affrontements entre les différents groupes.

Des mesures de sécurité renforcées

Emmalee Kalmbach, une porte-parole de John Kasich a répondu à l'appel des policiers en précisant que le gouverneur n'avait pas l'autorité nécessaire pour suspendre les lois.

Pour l'instant, la convention républicaine doit débuter comme prévu demain. Les organisateurs soutiennent avoir les ressources nécessaires pour garantir la sécurité des personnes présentes.

Des mesures ont été mises en place pour sécuriser le périmètre autour du lieu de la convention. Des blocs de béton et des clôtures ont été installés devant le Quicken Loans Arena, dans le centre de la ville, pour se parer à l'éventualité d'une attaque au camion semblable à celle qui a coûté la vie à 84 personnes à Nice.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.