Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Erdogan évoque le rétablissement de la peine de mort en Turquie

« Nous ne pouvons pas ignorer votre demande », a répondu le président turc Recep Tayyip Erdogan, dimanche, à des sympathisants qui réclamaient l'exécution des putschistes du coup d'État raté de vendredi.

« Je pense que notre gouvernement va en discuter avec l'opposition et qu'une décision sera sans aucun doute prise », a-t-il ajouté dans un discours à Istanbul.

La Turquie avait aboli la peine de mort en 2004 pour répondre aux critères requis par l'Union européenne en vue d'une adhésion d'Ankara. Malgré la loi, aucune peine capitale n'avait été requise depuis 1984.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan dit vouloir éliminer le « virus » de la dissidence et procède à des arrestations de masse. Les autorités rapportent avoir arrêté près de 6000 personnes, dont le principal conseiller militaire d'Erdogan, Ali Yazici.

Les affrontements se poursuivent

Par ailleurs, de nouveaux affrontements ont éclaté dimanche entre les forces de sécurité et les putschistes sur une base aérienne du centre de la Turquie ainsi que dans le deuxième aéroport d'Istanbul.

Les accrochages ont eu lieu alors que les putschistes s'opposaient à leur arrestation, a rapporté un responsable turc.

Depuis la tentative de coup d'État vendredi, les autorités turques dénombrent 290 morts, dont une centaine de putschistes ainsi que 1400 blessés.

La coalition contre le groupe État islamique a également repris ses opérations aériennes depuis la Turquie dimanche, a annoncé le Pentagone. Les opérations avaient été suspendues depuis la tentative de coup d'État vendredi.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.