NOUVELLES
14/07/2016 07:11 EDT | Actualisé 14/07/2016 07:13 EDT

Une adolescente invente une souris d'ordinateur contrôlée par la langue

Centre des sciences de l'Ontario

Une adolescente ontarienne de 17 ans a remporté un prix scientifique de 2000 dollars pour avoir inventé une souris d'ordinateur qui se contrôle avec la langue.

Inspirée par un ami atteint de la maladie musculaire dégénérative sclérose latérale amyotrophique (SLA), Emma Mogus a conçu le TiC (pour Tongue-Interface Communication), un dispositif ressemblant à un protecteur buccal muni de cinq boutons connectés à un ordinateur qui permettent de contrôler la direction de la souris.

Le bouton central correspond à « Entrée ». Les autres aident à pointer vers le haut, le bas, la gauche ou la droite. « Vous pouvez la voir comme une souris à l'intérieur de votre bouche », a-t-elle expliqué.

Ses nombreux tests sur ses frères et sœurs, entre autres, ont porté fruit. Elle a remporté le Prix de l'innovation des jeunes 2016 remis par le Centre des sciences de l'Ontario.

Elle voulait aider son ami

Motivée par la volonté d'aider son ami Tim, un homme marié et père qui a de plus en plus de difficultés à parler en raison de la SLA, elle s'est mise à faire des recherches et a constaté que la langue était susceptible d'aider les gens aux prises avec des difficultés physiques.

« La langue est presque directement connectée sur le cerveau. Elle surpasse presque la moelle épinière, alors dans ce genre de maladie, la langue est moins affectée », dit-elle.

La jeune fille a aussi découvert que la langue ne se fatiguait pas vraiment et était capable de mouvements complexes.

Testés sur ses proches

Si d'autres prototypes similaires existent pour aider les gens avec des limitations de mouvement, ils comportent chacun leur lot d'erreur, soutient Emma Mogus.

«Malheureusement, ils peuvent être sensibles aux mouvements involontaires. Il est donc beaucoup plus facile en tournant le regard subitement ou en respirant trop fort d'activer une commande indésirable.» - Emma Mogus

Elle a donc pris trois ans pour peaufiner son prototype en le testant sur elle-même et des membres de sa famille afin d'éliminer ces erreurs.

L'adolescente compte maintenant expérimenter son prototype auprès de malades comme Tim, mais prévoit avant toute chose rendre le gadget sans fil.

Elle aimerait également à breveter son invention, en espérant mettre sur le marché un produit abordable pour les gens dans le besoin.

Voir aussi:

Galerie photo 11 inventions marquantes que les femmes nous ont données Voyez les images