NOUVELLES
13/07/2016 21:41 EDT | Actualisé 14/07/2017 01:12 EDT

Tout écartillé : l'œuvre de Charlebois à la sauce Cirque du Soleil

L'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières a accueilli mercredi la première de Tout écartillé, le deuxième spectacle de la série hommage présenté par le Cirque du Soleil qui a cette fois puisé dans le répertoire de Robert Charlebois.

Un texte de Michelle Raza

Lindberg, Entre deux joints, Je reviendrai à Montréal : autant de titres classiques de la musique québécoise qui se retrouvent au cœur des 19 tableaux de Tout écartillé. Le spectacle entraîne le spectateur dans un voyage rétrofuturiste, dans lequel se côtoient robes yéyés, cosmonautes et musique techno.

Tout écartillé présente tour à tour des numéros de danse et de haute voltige, faisant place au trapèze, au fil de fer et à la jonglerie. En tout, 42 artistes se partagent la scène pendant les quelque 90 minutes du spectacle. Parmi les moments forts du spectacle, un saut dans le vide sur Ordinaire et un numéro de roue de la mort vers la fin du spectacle, sur l'air de Lindberg.

L'an dernier, Le monde est fou, le spectacle créé par le Cirque du Soleil à partir de l'œuvre de Beau Dommage, avait beaucoup misé sur la poésie. Cette année, la relecture de l'univers de Charlebois fait place à plus de rythme.

Le directeur musical Jean-Phi Goncalves a insufflé une dose de fraîcheur à l'œuvre de Charlebois, empruntant tantôt à la musique techno pour Le mur du son ou au western-spaghetti pour revisiter Ordinaire.

Après le spectacle, Robert Charlebois a toutefois émis « certaines réserves technos », en disant que ce genre musical ne faisait pas partie de son univers. Il a cependant qualifié le travail de Goncalves de « prodigieux. »

« Opération réussie », selon Charlebois

À sa sortie du spectacle, Robert Charlebois, s'est dit « soulagé », après avoir vu le traitement que le Cirque du Soleil avait réservé à son répertoire. « Opération réussie, comme on dit dans la marine. J'ai eu la bouche ouverte pendant les trois quarts du spectacle. »

Charlebois a aussi annoncé qu'il reviendrait à Trois-Rivières cet été pour revoir Tout écartillé, question de bien voir tous les éléments du spectacle.

Le PDG du Cirque du Soleil Daniel Lamarre est ravi du succès du partenariat établi l'an dernier avec l'Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, où son entreprise s'est engagée à présenter des spectacles estivaux de 2015 à 2019. « Nous sommes en train d'établir une tradition, qui a commencé l'an dernier avec Beau Dommage et qui atteint un nouveau niveau cette année avec Robert Charlebois », s'est félicité M. Lamarre.

L'été dernier, le spectacle Le monde est fou avait attiré 64 000 spectateurs. Il avait presque fait salle comble lors de chacune des 20 représentations, avec un taux d'occupation total de 96,5 %.