NOUVELLES
14/07/2016 05:13 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

Syrie: plus de 50 frappes de l'aviation russe sur l'Etat islamique près de Palmyre depuis mardi

L'aviation russe a réalisé depuis mardi plus de 50 frappes aériennes sur des positions de l'organisation Etat islamique (EI) dans la région de Palmyre (centre), a annoncé jeudi le ministère russe de la Défense.

"L'aviation russe a augmenté l'intensité de ses frappes contre les cibles terroristes dans la région de Palmyre. Depuis le 12 juillet, l'aviation russe a mené plus de 50 frappes sur des cibles vivantes et du matériel de l'EI", indique le ministère de la Défense dans un communiqué.

Le communiqué précise que six bombardiers stratégiques Tu-22M3 partis de Russie ont frappé jeudi des cibles de l'EI à l'est de Palmyre et dans les localités d'Arak (35 km à l'est de Palmyre) et d'Al-Soukhna (70 km à l'est de Palmyre), ainsi qu'une station de pompage de pétrole dans la région de Homs (centre).

"Un poste de contrôle, une base de combattants, deux raffineries de pétrole et de nombreux combattants et matériels militaires ennemis" ont été détruits, poursuit le communiqué.

L'armée russe avait déjà annoncé mardi avoir bombardé des positions de l'EI près de la cité antique de Palmyre, reprise fin mars par l'armée syrienne appuyée par l'aviation russe.

Ces frappes étaient consécutives à la mort près de Palmyre la semaine dernière de deux pilotes d'hélicoptère russes, tués quand l'hélicoptère syrien dans lequel ils volaient a été abattu.

Depuis la conclusion d'une trêve négociée par Moscou et Washington et entrée en vigueur le 27 février dans toutes les régions syriennes sauf celles contrôlées par les jihadistes, les communiqués de l'armée russe sur des bombardements en Syrie se sont faits sporadiques alors qu'ils étaient jusque là presque quotidiens.

Cette intensification des frappes russes intervient alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry est en route pour Moscou où il doit rencontrer Vladimir Poutine jeudi soir. Selon des informations parues dans le Washington Post, les Etats-Unis vont proposer à la Russie une coopération militaire en Syrie contre l'EI et le Front Al-Nosra (la branche syrienne d'Al-Qaïda).

John Kerry n'a pas démenti cette information mais a refusé de fournir plus de détails sur cette proposition.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a lui aussi refusé de commenter cette information. "Une fois que nous aurons pris connaissance de ces propositions --pas via un journal mais via leur source première--, alors nous pourrons parler", a-t-il déclaré aux journalistes.

tbm/kat/pjl