NOUVELLES
14/07/2016 05:31 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

Syrie: l'envoyé de l'ONU vise une reprise des pourparlers en "août"

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, vise une reprise des pourparlers en "août", a-t-il dit jeudi, alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry est en route vers Moscou pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine.

Lors d'un point de presse à Genève, M. de Mistura a expliqué qu'il fallait qu'il y ait "assez de soutien pour donner une chance suffisante à une reprise efficace (...) d'une troisième session de pourparlers inter-syriens, qui (...) ont pour date cible août".

Jusqu'à présent, le médiateur de l'ONU avait dit vouloir reprendre les pourparlers en juillet, pour amorcer une transition politique en août.

Deux sessions de pourparlers de paix inter-syriens se sont tenues à Genève sous l'égide des Nations unies depuis le début de l'année, sans avancée.

M. de Mistura a déclaré que les prochains jours allaient être "cruciaux" et souligné l'importance du rôle des Etats-Unis et de la Russie en vue de relancer les négociations, expliquant que "quand les deux coprésidents" du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) "se mettent d'accord (...) cela aide grandement le processus politique et même le processus humanitaire".

- Al-Nosra -

Ces propos interviennent alors que John Kerry s'apprête à retrouver Vladimir Poutine et le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov jeudi soir à Moscou.

Le 12 juillet, le chef de la diplomatie russe a précisé que la lutte contre le groupe Al-Nosra (branche locale d'Al-Qaïda) serait au coeur des discussions russo-américaines.

"En janvier, les Etats-Unis avaient promis que tous les combattants coopérant avec Washington se retireraient des lieux occupés par Al-Nosra, mais jusqu'à présent, ça n'a pas été fait", a affirmé M. Lavrov.

Selon le Washington Post, les Etats-Unis vont proposer à la Russie une coopération militaire en Syrie contre les groupes jihadistes Etat islamique (EI) et Al-Nosra, considérés comme des groupes terroristes par le Conseil de sécurité de l'ONU.

D'après le Post, qui cite des passages tirés d'un projet d'accord, l'idée des Américains serait d'établir un centre de commandement commun pour diriger une offensive aérienne intense contre ces jihadistes qui échappent à tout contrôle.

Interrogé jeudi à ce sujet, M. de Mistura a jugé qu'il fallait "clarifier" les positions concernant Al-Nosra.

"Des indications claires montraient dès le début que l'ambiguïté concernant Al-Nosra poserait des problèmes", a déclaré M. de Mistura.

Depuis le début de la révolte contre le régime de Damas en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 280.000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Près de 600.000 personnes vivent par ailleurs dans 18 zones ou localités assiégées en Syrie.

Jeudi, Jan Egeland, à la tête du groupe de travail de l'ONU sur l'aide humanitaire en Syrie, a expliqué aux médias à Genève que les quartiers tenus par les rebelles dans la métropole d'Alep "étaient en passe" de devenir assiégés, depuis la fermeture le 7 juillet de la route du Castello, seule voie de ravitaillement pour cette partie de la ville.

Il faut toutefois que l'encerclement militaire, l'absence d'assistance humanitaire et de liberté de mouvement pour les civils durent pendant au moins trois mois pour que les Nations unies puissent officiellement déclarer un lieu comme étant assiégé, a-t-il dit.

apo/gca/abk