NOUVELLES
14/07/2016 03:56 EDT | Actualisé 15/07/2016 12:33 EDT

Patrick Lagacé en furie contre les «cabochons» propriétaires de chiens

Le journaliste Patrick Lagacé a littéralement «pété sa coche» jeudi à l'endroit des propriétaires de chiens irresponsables, qu'il a qualifiés de «cabochons» dans un imposant message sur Facebook.

Le chroniqueur à La Presse a partagé le récit d'un épisode survenu lors d'une sortie avec son fils dans le parc Laurier, à Montréal, lors duquel il a eu une altercation avec la propriétaire d'un chien dont l'animal n'était pas tenu par une laisse

Le journaliste a voulu savoir pourquoi la bête n'était pas attachée.

«Quand Zak et moi quittons le terrain de soccer, elle marchait en notre direction. [...] Là, j'étais à boutte, j'ai interpelé la femme: "Pourquoi vous ne l'attachez pas?"»

Il semble, selon le récit de Lagacé, que la femme n'a pas apprécié la question.

«Sa réaction, bien évidemment, a été de m'envoyer paître», écrit Lagacé.

«Alors oui, c'est vrai, ça (fait) partie de l'équation: les maitres sont (une) partie du problème», tranche ce dernier.

Avoir un chien est «un choix» qui vient avec des responsabilités, selon lui.

«T'as choisi d'avoir un chien, vis avec les inconvénients. Dont celui de ne pas pouvoir le laisser gambader où tu veux, quand tu veux, en ville. C'est plate, mais c'est ça. [...] Malheureusement, le règlement de la laisse existe.... Pour plein de bonnes raisons.»

Lagacé déplore que les politiques ne soient pas assez sévères à l'égard des propriétaires de chiens qui contreviennent aux règlements, et par le fait même le travail des policiers qui ne sont pas en état d'appliquer le règlement.

«Je ne dis pas que la police doit être embusquée derrière les bosquets de tous les parcs de Montréal chaque heure du jour, je dis que si tant de maitres laissent leurs chiens gambader dans le parc sans les attacher, c'est parce qu'ils ont assimilé le fait que le risque d'amende est inexistant. [...] Et si la police ne fait pas sa job sur les chiens qui ne sont pas tenus en laisse dans les parcs, c'est parce que le politique ne le lui dit pas de le faire. C'est comme ça que ça marche.»

«Entre-temps, chers concitoyens propriétaires de chiens, ne vous étonnez pas d'avoir si mauvaise presse, ces jours-ci. Non, vous n'êtes pas tous des cabochons, mais il suffit de passer une heure dans un parc de Montréal pour en trouver tout un paquet de cabochons, dans vos rangs. C'est ainsi que le feu pogne et que, exaspérés, des gens exigent des lois et des règlements avec des dents.»

Lisez toute la publication de Patrick Lagacé :