NOUVELLES
14/07/2016 02:40 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

Pas de solution en Syrie tant qu'Assad reste au pouvoir (Premier ministre turc)

Il ne peut y avoir de solution politique au conflit chez le voisin syrien et à la menace jihadiste émanant de cette crise tant que le président Bachar al-Assad restera au pouvoir, a prévenu le Premier ministre turc Binali Yildirim dans une interview diffusée mercredi soir.

"D'une part il y a Assad et de l'autre Daech (acronyme du groupe de l'Etat islamique, l'EI). Si vous nous demandez si l'on préfère Assad ou Daech, nous ne pouvons choisir ni l'un ni l'autre", a-t-il dit, interrogé par la BBC.

Le chef de l'exécutif turc qui a ces derniers jours semblé évoquer, avec des déclarations ambiguës, une volonté de renouer avec la Syrie, ex-allié régional de la Turquie, a été clair: "Ils doivent tous les deux partir".

"Imaginons que nous sommes débarrassés de Daech, le problème ne sera toujours pas résolu. Tant qu'Assad est là, le problème ne sera pas résolu. Une autre organisation terroriste émergerait", a estimé M. Yildirim.

Et d'accuser le régime de Damas d'avoir créé l'EI par sa politique consistant à tuer ses propres citoyens.

La Turquie avait de bonnes relations avec Damas avant le déclenchement de la guerre civile il y a cinq ans en Syrie. Le régime islamo-conservateur du président turc Recep Tayyip Erdogan est toutefois devenu l'un des plus farouches opposants du régime syrien, soutenant ouvertement les rebelles.

Mercredi, M. Yildirim avait affirmé devant les cadres de son parti à Ankara être certain que tôt ou tard la Turquie normaliserait ses liens avec son voisin syrien.

"Les choses doivent changer en Syrie mais d'abord Assad doit changer. Tant qu'Assad ne change pas, rien ne changera", avait ajouté M. Yildirim, sans cependant préciser ce qu'il entendait par ce changement.

Le conflit syrien a fait plus de 280.000 morts. La Turquie abrite sur son sol quelque 2,7 réfugiés syriens qui ont dû fuir les combats dans leurs pays.

BA/pt/elp/cr