NOUVELLES
14/07/2016 04:26 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

Nucléaire: l'UE veut que "le peuple iranien profite" de la levée des sanctions

L'UE a plaidé jeudi pour que la levée des sanctions liées au nucléaire "profite au peuple iranien", un an après la signature d'un accord qui n'a pas suscité la ruée attendue de multinationales en Iran, en raison notamment d'incertitudes juridiques et du maintien d'autres sanctions.

"Il est dans l'intérêt de l'Union européenne que la levée des sanctions économiques et financières liées au nucléaire profite au peuple iranien", a déclaré la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, s'exprimant au nom des 28 Etats membres de l'UE.

Malgré la levée des sanctions européennes et américaines, l'accord signé le 14 juillet 2015 à Vienne après deux ans d'âpres négociations entre Téhéran et les grandes puissances ne s'est pas traduit par une avalanche de contrats commerciaux ou d'investissements occidentaux dans ce pays riche en pétrole et en gaz.

Les incertitudes juridiques en sont en partie responsables alors que Washington interdit toujours toute transaction en dollars avec l'Iran. Les Etats-Unis menacent de représailles les grandes banques internationales qui feraient affaire avec des personnalités ou entités iraniennes accusées de soutien au "terrorisme" ou de "violations des droits de l'Homme". L'UE a également maintenu certaines sanctions, non liées au programme nucléaire.

"L'Union européenne reconnaît qu'il est essentiel d'avoir de la clarté concernant la levée des sanctions pour permettre un plein réengagement des banques et des entreprises européennes en Iran", a estimé Mme Mogherini.

L'UE promet "de continuer à s'engager activement avec le secteur privé" en fournissant les renseignements nécessaires afin de lever tout doute quant à la conformité des investissements et contrats avec le droit européen, a assuré Mme Mogherini.

Mais de son côté, l'Iran doit aussi "lever des obstacles liés à sa politique économique et fiscale, son environnement des affaires et l'Etat de droit" qui peuvent freiner les investissements, a-t-elle fait valoir. "L'Union et ses Etats membres sont prêts à coopérer avec l'Iran dans ces domaines et à fournir une assistance technique" aux autorités, a souligné Mme Mogherini.

En janvier, au moment de la levée des sanctions occidentales, l'UE avait édité un guide explicatif à l'intention des milieux économiques.

axr/agr/abk