NOUVELLES
14/07/2016 09:01 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

Liban: trois personnes inculpées après des attentats dans un village

La justice militaire libanaise a inculpé jeudi trois personnes, dont deux Syriens, pour leurs liens avec le groupe jihadiste Etat islamique (EI) et leur implication dans des attentats suicide dans un village proche de la frontière syrienne, selon une source judiciaire.

L'un des trois suspects, de nationalité syrienne, a été arrêté lors du démantèlement la semaine dernière d'une cellule liée à l'EI qui planifiait des attentats dans plusieurs régions du Liban, a-t-elle ajouté. Les deux autres, un Syrien et un autre probablement de nationalité libanaise, sont toujours en fuite.

L'enquête, selon la même source, a montré l'existence d'un lien entre le Syrien arrêté et les auteurs des attaques suicide dans le village majoritairement chrétien d'Al-Qaa (est), cible de huit attentats suicide le 27 juin (cinq morts).

Ils sont accusés de "meurtre et de tentative de meurtre de civils, de semer la terreur et la discorde et d'ébranler la stabilité", selon l'acte d'accusation. Ils risquent la peine de mort.

Les attentats d'Al-Qaa n'ont pas été revendiqués mais leur mode opératoire -kamikazes et attentats simultanés- rappelle celui de l'EI et d'Al-Qaïda.

Fin juin, l'armée libanaise avait annoncé l'arrestation de cinq membres de l'EI qui planifiaient des attentats contre des lieux animés à Beyrouth.

La zone frontalière entre le Liban et la Syrie, pays ravagé par la guerre, a été le théâtre de multiples affrontements entre l'armée libanaise et combattants de l'EI ou du Front Al-Nosra, la branche syrienne d'Al Qaïda.

lar/nbz/tp