NOUVELLES
14/07/2016 12:25 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

La GRC s'excuse pour sa gestion de plaintes de harcèlement

OTTAWA — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) lance une initiative nationale afin «d'éradiquer» l'inconduite sexuelle en milieu de travail, à la suite d'un rapport accablant sur la façon dont elle avait donné suite à des plaintes pour des incidents de nudité et de harcèlement au Collège canadien de police, à Ottawa.

Après avoir pris connaissance du rapport d'examen sur ces incidents, la GRC a reconnu jeudi qu'elle avait «raté de nombreuses occasions» de gérer efficacement les inconduites, de protéger les victimes tout comme les témoins, et de redresser la situation dans ce milieu de travail. 

Le commissaire de la GRC, Bob Paulson, accueille les 28 recommandations du rapport d'examen et présente ses «excuses sincères à toutes les personnes touchées».

En février, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, avait exprimé son indignation au commissaire Paulson lorsqu'un reportage de CBC a fait état d'allégations d'attouchements importuns, de harcèlement et de nudité au sein du Groupe de la formation aux explosifs du Collège canadien de police.

En 2013, la Commission des plaintes du public contre la GRC avait conclu dans un rapport que la police fédérale devait prendre des mesures rapides et efficaces pour régler les conflits et les cas de harcèlement en milieu de travail, afin de rassurer les membres et la population.

La GRC soutient aujourd'hui qu'elle doit continuer à renforcer et à promouvoir le bien-être en milieu de travail, et doit donc s'assurer que ses employés seront protégés contre le harcèlement et qu'ils feront confiance aux mécanismes établis à l'interne pour régler les cas d'inconduite.