NOUVELLES
14/07/2016 12:15 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

L'ONU confirme un retour progressif de son personnel au Sahara occidental

Cinq experts civils de la Mission de l'ONU au Sahara occidental (Minurso) sont arrivés à Laâyoune mercredi soir à la suite d'un accord avec le Maroc, ont confirmé jeudi les Nations unies.

Ils font partie d'un "premier groupe de 25" membres civils de la Minurso que le Maroc a autorisé à rentrer, a précisé le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric.

Le Maroc avait expulsé en mars la majeure partie des membres civils de cette mission, soit plusieurs dizaines d'experts, après une controverse sur des propos tenus par le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon sur le statut contesté de ce territoire.

"D'autres membres du personnel (de la mission) devraient rentrer" au Sahara occidental "dans les jours qui viennent", a ajouté M. Dujarric, sans donner de chiffres.

Il a réaffirmé que l'ONU avait toujours pour objectif que la mission redevienne "totalement fonctionnelle" comme l'avait demandé le Conseil de sécurité. Celui-ci avait donné jusqu'à fin juillet aux Nations unies et au Maroc pour régler cette querelle.

Le retour des experts "fait partie d'un processus" pour rétablir le fonctionnement de la mission, a-t-il souligné. "Nous voulons que la mission soit capable de fonctionner pleinement et de remplir pleinement son mandat".

L'ONU doit déterminer d'ici fin juillet si la Minurso est de nouveau en mesure de fonctionner normalement.

L'accord pour le retour des experts a été conclu "après la visite en juin d'une délégation onusienne au Maroc (...) qui a rencontré notamment des conseillers du roi Mohammed VI afin de trouver une solution à la crise avec l'ONU", avait indiqué auparavant un responsable des Nations unies proche du dossier.

Le gouvernement marocain avait été fortement irrité par des propos tenus par Ban Ki-moon lors d'une visite dans un camp de réfugiés sahraouis en Algérie.

M. Ban avait fait référence à une "occupation" du Sahara occidental, alors que Rabat considère cette ex-colonie espagnole annexée en 1975 comme faisant partie du royaume. Mais ce territoire est aussi revendiqué par les indépendantistes du Front Polisario.

Rabat propose comme solution une large autonomie sous sa souveraineté. Le Polisario, soutenu par Alger, réclame un référendum d'autodétermination.

La Minurso a été déployée en 1991 afin de veiller au respect du cessez-le-feu entre le Maroc et le Polisario et d'organiser un référendum.

avz/sha