NOUVELLES
14/07/2016 11:01 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

L'armée met en garde contre toute manifestation à Bagdad vendredi

Le commandement militaire a mis en garde jeudi les Irakiens contre toute participation à une manifestation prévue vendredi à Bagdad pour réclamer des réformes, en soulignant qu'elle n'avait pas reçu d'autorisation.

Toute personne qui se rendra au rassemblement en étant armée sera considérée comme "une menace terroriste", a ajouté le commandement des opérations conjointes dans un communiqué.

L'appel à une manifestation massive vendredi sur la place Tahrir dans le centre de Bagdad a été lancé par l'influent chef chiite Moqtada Sadr pour réclamer un nouveau gouvernement, composé de technocrates et capable de mettre en place des réformes pour lutter contre la corruption, le népotisme et le clientélisme.

Le 12 juillet, le gouvernement irakien avait déjà appelé à suspendre les manifestations organisées régulièrement dans la capitale, arguant qu'elles pourraient distraire les forces de sécurité et perturber la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

"Le gouvernement appelle les enfants de notre peuple à prendre leurs responsabilités historiques en soutenant les forces armées, et à reporter les manifestations (...) pour épargner au pays de sombrer dans le chaos et éviter la dispersion des efforts de sécurité", a affirmé le bureau du Premier ministre Haider al-Abadi.

Lors de précédents rassemblements, les manifestants avaient pénétré à deux reprises dans la Zone verte ultrasécurisée du centre de Bagdad, occupant le Parlement et le bureau du Premier ministre. Le 20 mai, des dizaines de personnes avaient été blessées lors de heurts entre les milices armées de Sadr et des factions rivales.

Mais en général les manifestations qui avaient lieu quasiment tous les vendredis s'étaient déroulés dans le calme ces derniers mois. Elles avaient cessé durant le mois de jeûne musulman du ramadan qui s'est achevé la semaine dernière.

M. Abadi tente depuis des mois de mettre en place un nouveau gouvernement capable de mettre en oeuvre les réformes anticorruption réclamées par les manifestants mais de nombreux partis s'opposent toutefois à ce projet par peur de perdre certains de leurs privilèges.

ak/wd/tp/iw