NOUVELLES
14/07/2016 04:39 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

JO-2016 - Triathlon: tous contre les frères Brownlee

Tous contre les frères Brownlee ! En l'absence du quintuple champion du monde espagnol Javier Gomez, forfait sur blessure, il restera encore à battre Alistair et Jonathan pour renverser complètement le podium du triathlon olympique de de Hyde Park en 2012 et devenir le roi de Copacabana, la mythique plage de Rio.

Bras cassé, après une chute à l'entraînement, Gomez, 33 ans, forfait jeudi, ne sera sans doute jamais champion olympique, après sa 4e place à Pékin en 2008 et sa 2e place à Londres 2012.

Mais Alistair Brownlee lui est toujours là, et en pleine forme, comme son petit frère, alors médaillé de bronze. Et il entend bien être le premier double médaillé d'or du triathlon depuis l'arrivée de ce sport au programme des JO, en 2000, à Sydney.

Pour la natation, les eaux tranquilles du lac Serpentine ont été remplacées par les vagues de Copacabana et de l'Atlantique. Mais Alistair n'en a cure. Après quatre ans de blessures et de piètres résultats, l'aîné des Brownlee, 28 ans, est revenu au top à point nommé, en remportant largement les deux dernières manches des World Series, le Championnat du monde. A chaque fois devant Jonathan.

3e mondial 2015, le Français Vincent Luis est l'un des rares concurrents qui pourraient troubler ce duo infernal, avec les Espagnols Mario Mola, le vice-champion du monde 2015, et Fernando Alarza, l'actuel leader du classement mondial. Et pourquoi pas le Sud-Africain Richard Murray ou le Norvégien Kristian Blummenfelt.

Côté féminin, l'Américaine Gwen Jorgensen est ultra favorite pour s'imposer à l'arrivée du triathlon carioca et succéder à la Suissesse Nicola Spirig. Sa marge est telle qu'on imagine mal une réédition du scénario londonien, où il avait fallu la photo finish, une première dans l'histoire, pour départager Spirig et la Suédoise Lisa Norden.

"Gwensanity" n'a été battue qu'une seule fois depuis 2014 et par une seule concurrente: la Galloise Helen Jenkins, qu'elle retrouvera à Rio.

Les autres concurrentes en mesure de troubler la double championne du monde en titre sont les deux autres Britanniques en lice, les Anglaises Vicky Holland et Non Stanford. Voire la Néo-Zélandaise Andrea Hewitt, la N.2 mondiale 2015.

ol/el/mca