NOUVELLES
14/07/2016 05:12 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

JO-2016 - Tennis de table: la Chine pour un 3e Grand Chelem d'affilée

Après deux Grands Chelems, à Pékin en 2008 puis Londres en 2012, les pongistes chinois veulent signer un nouveau 100% aux jeux Olympiques de Rio de Janeiro (5-21 août), en remportant les deux simples et les deux épreuves par équipes.

Vu la domination chinoise sur le tennis de table mondial, la probabilité est infime de voir un Européen s'imposer et succéder au Suédois Jan-Ove Waldner, victorieux en 1992 à Barcelone (Espagne). Car les statistiques sont écrasantes: depuis 1988 et l'entrée du ping au programme olympique, les Chinois se sont adjugé 24 des 28 médailles d'or en jeu.

Côté messieurs, face au N.1 mondial et champion du monde en titre, Ma Long, et au champion olympique sortant, Zhang Jike (N.4), l'Allemand Dimitrij Ovtcharov (N.5) et le Bélarusse Vladimir Samsonov (N.9) pourront rêver d'accessits, comme le Japonais Jun Mizutani (N.6).

Pour gagner le simple dames, la Chine s'est même permise d'écarter la N.1 mondiale, Liu Shiwen, coupable d'avoir perdu trois matchs contre des étrangères depuis un an. Mais la championne olympique en titre, Li Xiaoxia, 5e mondiale, sera bien là pour défendre son titre, avec Ding Ning (N.2).

Pour le bronze, la meilleure Européenne en lice à Rio sera la 8e mondiale, l'Allemande... Han Ying.

Par équipes, la tâche sera encore plus difficile face à l'empire chinois, victorieux cette année de son huitième titre mondial d'affilée chez les messieurs et de sa onzième couronne de suite chez les dames !

A noter que pour la première fois depuis l'arrivée du ping aux JO, à Séoul, en 1988, Jean-Michel Saive ne sera pas là. N.1 mondial en 1994-95, le Belge avait entamé sa carrière internationale en 1984, à 14 ans.

ol/el/rg