NOUVELLES
14/07/2016 08:42 EDT | Actualisé 15/07/2017 01:12 EDT

France : Hollande confirme la levée de l'état d'urgence le 26 juillet

Le président François Hollande a confirmé jeudi que l'état d'urgence, décrété après les attentats du 13 novembre, ne serait pas prorogé au-delà du 26 juillet puisqu'une loi, votée en mai, a renforcé l'arsenal sécuritaire de la France.

"Cet état d'urgence, j'ai considéré qu'il fallait le prolonger jusqu'au moment où nous puissions être sûrs que la loi pouvait nous donner des moyens nous permettant de prévenir la menace terroriste avec efficacité", a déclaré le chef de l'Etat dans une interview télévisée à l'occasion de la Fête nationale.

Cette loi "va nous donner des instruments d'action qui sont non pas comparables à l'état d'urgence, mais qui nous donnent des moyens de contrôle administratif de certains individus", a-t-il expliqué.

"On ne peut pas prolonger l'état d'urgence éternellement. Ca n'aurait aucun sens, ça voudrait dire que nous ne serions plus une république avec un droit qui pourrait s'appliquer en toutes circonstances", a ajouté le chef de l'Etat, soulignant que la menace "restait là".

Le président a déclenché l'état d'urgence le soir des attentats du 13 novembre à Paris (130 morts). Ce régime d'exception, qui autorisait les perquisitions sans contrôle du juge ou l'assignation à résidence de suspects, a ensuite été prorogé à trois reprises par le parlement, notamment pour la durée de l'Euro-2016 de football et du Tour de France cycliste.

M. Hollande n'est cependant pas parvenu à le faire inscrire dans la Constitution, faute d'accord au parlement sur une révision qui comprenait également une mesure d'extension de la déchéance de la nationalité à tous les condamnés pour terrorisme très controversée.

bpa/glr-chp/bds