NOUVELLES
13/07/2016 20:55 EDT | Actualisé 14/07/2017 01:12 EDT

Et si les vieux wagons du métro devenaient un café sur trois étages

Trois étages, des salles d'exposition, des terrasses, un café, le tout conçu avec les anciennes voitures de la Société de transport de Montréal (STM). C'est l'idée ambitieuse que proposent deux frères montréalais pour donner une seconde vie aux vieux wagons de métro, sur le point d'être remisés.

Un texte de Philippe Lépine

Huit voitures seraient nécessaires pour construire l'installation multiniveaux et les initiateurs du projet, Frédéric et Etienne Morin-Bordeleau, promettent un décor qui « fera croire à un voyage de métro en plein air ».

Un café au premier étage. Des espaces créatifs au deuxième et au troisième niveau, des terrasses à gauche et à droite et de la luminosité en abondance.

Rien n'a été laissé au hasard pour s'y sentir comme dans les fameux trains MR-63. Les créateurs proposent même d'installer dans les salles d'exposition des poteaux amovibles rappelant ceux dans les métros originaux et de s'en servir pour accrocher les œuvres.

Aucun endroit n'a encore été choisi pour établir la structure.

La mission du Projet MR-63 est de promouvoir les produits locaux et la culture émergente de tous les horizons. « On veut surtout miser sur ceux qui commencent, qui ont peu de visibilité et alterner souvent », affirme le coordonnateur du projet, Frédéric Morin-Bordeleau.

Les deux idéateurs, un diplômé en art et un grand voyageur, prévoient jongler avec les produits de petits fournisseurs afin de renouveler fréquemment leur menu, toujours en préférant les aliments locaux, biologiques et équitables. « Notre routine sera de ne pas avoir de routine », raconte le coordonnateur.

L'imposant projet prend aussi une dimension environnementale. Il prévoit des aménagements de toits gazonnés et des installations de panneaux solaires pour alimenter la structure en électricité.

Quand l'art embarque dans le métro

Les expositions temporaires pourraient durer entre un mois et demi et deux mois et seraient organisées en partenariat avec des festivals et institutions artistiques de la métropole. Les Morin-Bordeleau sont déjà en contact avec Québec Cinéma, et le festival Chromatic, entre autres. Une présentation sur la STM et l'histoire du métro y serait aussi de manière permanente.

L'espace pourra aussi être loué pour des événements privés ou des lancements publics.

Le projet des frères Morin-Bordeleau a déjà eu un écho « important » au sein de l'administration de la Ville de Montréal, selon le coordonnateur.

Une conférence de presse est prévue jeudi à Montréal pour dévoiler tous les partenaires et appuis reçus.

La STM avait lancé en mars un appel d'idées pour récupérer certaines voitures vieilles de 50 ans. Le reste de la flotte de 336 wagons sera démantelé.

Plusieurs autres personnes ont également soumis des projets, mais selon Frédéric Morin-Bordeleau, « ce qui nous démarque, c'est notre audace et la solidité de notre plan d'affaires. »