Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le « pistolet du suicide » de Van Gogh exposé à Amsterdam

L'arme que le peintre néerlandais Vincent Van Gogh aurait employée pour mettre fin à ses jours en 1890 est présentée au public pour la première fois au Musée Van Gogh d'Amsterdam, à l'occasion de l'exposition On the Verge of Insanity (Au bord de la folie).

Pourquoi l'artiste s'est-il coupé une oreille? Quelle était la nature de sa maladie? Pourquoi s'est-il suicidé à l'âge de 37 ans? Voilà maintes questions auxquelles tente de répondre cette nouvelle exposition, présentée jusqu'au 25 septembre.

Un peu d'histoire

Rappelons que le peintre s'est suicidé en 1890, en France. Le 27 juillet, Van Gogh avait quitté avec pinceaux et chevalet son auberge d'Auvers-sur-Oise, un village d'artistes situé à une trentaine de kilomètres de Paris.

Quelques heures plus tard, il était revenu blessé, avant de mourir dans les bras de son frère, Theo, 30 heures plus tard.

L'arme n'avait jamais été retrouvée jusqu'à ce que, vers 1960, un fermier découvre dans les champs un pistolet rouillé d'un calibre de 7 millimètres de type « Lefaucheux à broche ».

Selon le Musée, le degré de corrosion suggère que l'arme est restée enfouie dans le sol pendant 50 à 60 ans. « Sa puissance de feu limitée offre une explication possible sur le fait que la balle, tirée de près, ait ricoché sur ses côtes. »

L'exposition On the Verge of Insanity présente aussi une lettre du Dr Félix Ray, qui avait soigné le peintre après qu'il se soit coupé l'oreille au moment où il vivait à Arles, toujours en France.

Selon le Musée, cette lettre inclut des dessins qui montrent que le peintre s'est coupé l'oreille au complet et non juste en partie, comme on le pensait il y a peu.

D'autres documents sur la maladie de Van Gogh, ainsi qu'un portrait du Dr Rey, sont également exposés pour la première fois dans le musée d'Amsterdam.

L'établissement accueille plus de 1,6 million de visiteurs chaque année.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.