Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le fils de l'ancien maire de Kiev arrêté en Espagne lors d'une opération contre le crime organisé

Le fils de l'ancien maire de Kiev a été arrêté mardi à Barcelone (nord-est de l'Espagne), soupçonné d'avoir dirigé un réseau de blanchiment d'argent provenant d'organisations criminelles ukrainiennes, selon des sources proches de l'enquête.

Stepan Tchernovetski, fils de Leonid Tchernovetski, maire de Kiev de 2006 à 2012 et fondateur de Pravex, l'une des principales banques ukrainiennes, a été arrêté avec dix autres personnes, selon cette même source.

Dans un communiqué, le parquet anticorruption accuse ce réseau d'avoir blanchi plus de dix millions d'euros en acquérant des immeubles en Espagne via des entreprises à Chypre et aux îles Vierges.

L'origine de ces fonds "n'a pas été dûment justifiée" et le réseau ne dispose pas non plus de "revenus licites qui expliquent l'augmentation de patrimoine", affirme le parquet, qui lie ces fonds au crime organisé.

L'argent transitait également par les comptes d'un luxueux restaurant japonais de Barcelone, Yubari, que fréquentaient notamment des footballeurs du FC Barcelone comme l'Argentin Lionel Messi ou le Brésilien Neymar.

Le parquet a ordonné la fermeture du restaurant et l'arrestation de son propriétaire, l'homme d'affaires arménien Arman Mayilyan.

La majorité des personnes arrêtées sont des ressortissants russes et ukrainiens.

Par ailleurs 16 perquisitions ont été menées à Barcelone et S'Agaro, une station balnéaire au nord de la capitale catalane, selon un communiqué de la police.

"Le blocage de nombreux comptes courants et la saisie d'un grand nombre de biens meubles et immobiliers" ont également été décidés, selon le parquet, qui accuse les détenus d'appartenance à une organisation criminelle, blanchiment d'argent, falsification de documents officiels et fraude fiscale.

La police espagnole avait mené, fin juin, une autre opération contre le blanchiment d'argent d'organisations criminelles russes via des opérations immobilières dans des stations balnéaires de cette région du nord-est de l'Espagne. Huit personnes avaient été arrêtées et 62 millions d'euros, gelés.

Beaucoup de Russes ont acquis des propriétés en Espagne, notamment sur les côtes catalanes et andalouses (sud), profitant des bonnes affaires découlant de l'effondrement du marché immobilier en Espagne, avant la chute du cours du rouble.

Ces acquisitions ont parfois servi à blanchir de l'argent acquis illégalement dans leur pays d'origine.

str-dbh/av/mck/abk

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.