Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La gestion des chiens méchants en Alberta attire l'attention d'autres pays

Plutôt qu'interdire certaines races de chiens, l'Alberta a adopté une approche qui mise sur l'encadrement des comportements à risques qui pique la curiosité de plusieurs gouvernements ailleurs sur la planète.

« Nous recevons des appels de partout et même parfois des gens viennent nous visiter pour voir le modèle que nous avons adopté », déclare Doug Frizell, directeur des standards communautaires à la ville de Calgary.

Parmi ses visiteurs, des représentants du gouvernement australien qui sont venus sur place l'année dernière pour constater l'impact de la politique adoptée par la Ville de Calgary.

La mort d'une femme tuée par un pit-bull au Québec en juin dernier a ravivé le débat sur les races de chien interdites. À la suite du drame, le maire de Montréal a annoncé que les races de type pit-bull seront interdites dès l'automne.

En Ontario, à Winnipeg et dans plusieurs villes de la Saskatchewan et de la Colombie-Britannique, les chiens de type pit-bull sont interdits.

Encadrer les comportements à risque

En Alberta, plusieurs municipalités tentent d'encadrer les comportements à risque plutôt qu'interdire des races spécifiques. « Nous encourageons l'éducation, l'entraînement, et la socialisation », indique Doug Frizzell. Tous les chiens peuvent mordre, selon lui.

Nous nous sommes rendu compte que c'était mieux de miser sur l'éducation.

Doug Frizell, directeur des standards communautaires, Calgary

Des chiens considérés comme « méchants »

À Edmonton, l'interdiction de posséder des chiens de type pit-bull a été levée en 2012. Depuis, les règles ont changé et n'importe quel chien qui est considéré comme méchant doit porter une muselière en public en tout temps et son maître doit payer une amende de 250 $, peu importe la race.

Un chien considéré comme méchant est un chien qui court après quelqu'un, qui l'attaque, qui le mord ou bien qui lui cause une blessure.

Calgary, qui partage sensiblement les mêmes règlements qu'Edmonton en ce qui a trait à l'encadrement des chiens méchants, a connu une hausse des morsures de chiens depuis 2013. En 2015, il y a eu 243 morsures de chiens alors qu'il n'y en avait eu que 198 en 2013.

Selon Doug Fizzell, cela s'explique par le fait que la ville a simplifié le processus de signalement des morsures.

De plus, les races de chiens qui sont le plus souvent des morsures rapportées à Calgary sont les races de types berger, tels que les border collie et les bergers australiens.

Voir aussi:

10 chiens très expressifs

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.