Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Délai indéfini du projet de gaz naturel liquéfié à Kitimat

Les partenaires internationaux impliqués dans le projet de gaz naturel liquéfié LNG Canada à Kitimat en Colombie-Britannique ont repoussé indéfiniment leur décision d'investissement finale, en raison de l'instabilité des marchés énergétiques mondiaux.

Le directeur général de LNG Canada, Andy Calitz, a affirmé lundi lors d'une conférence téléphonique que la baisse des prix du gaz naturel dans le monde entier, particulièrement en Asie, a rendu le projet trop coûteux pour l'instant.

« L'industrie énergétique entière est dans la tourmente », a-t-il soutenu.

Le consortium LNG Canada formé de Shell, Korea Gas, Mitsubishi et PetroChina devait rendre sa décision définitive d'investir dans l'énorme projet dans le nord de la Colombie-Britannique en février dernier. La décision a ensuite été repoussée à la fin 2016.

La décision n'est pas annulée

« À l'heure actuelle, on ne peut pas confirmer quand la décision sera prise », a indiqué M. Calitz en soulignant qu'il est « important pour la communauté de comprendre que le projet est retardé, et non annulé ».

Si le projet LNG Canada allait de l'avant, il permettrait d'exporter jusqu'à 24 millions de tonnes de GNL par an. Les coûts de construction atteindraient 50 milliards de dollars.

La première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, assure que l'exploitation du gaz naturel liquéfié (GNL) représente une manne financière pour la province et créerait quelque 100 000 emplois.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.