Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bientôt un parc sous le métro aérien de Miami

Dans les villes nord-américaines, la mode est à la mise en valeur des structures de transport, comme le sentier High Line à New York, construit sur une ancienne voie ferrée. Le projet du genre le plus ambitieux se prépare à Miami, voici l'Underline.

Un texte de Jean-Sébastien Cloutier

Au cours des prochaines années, un parc linéaire de 16 kilomètres sera aménagé sous la structure du métro aérien de Miami, l'épine dorsale du réseau de transport en commun de la ville.

Sur le quai de la station de l'Université de Miami, Meg Daly nous parle avec passion de l'Underline. Cette citoyenne est celle qui a eu l'idée de l'ambitieux projet il y a trois ans.

Il est vrai que les lieux sous la structure du Metrorail sont sans grand intérêt : des rues transversales, quelques stationnements, une piste cyclable peu utilisée et pas du tout mise en valeur... Un parc ne pourrait qu'embellir l'espace sans avoir trop d'impact négatif.

Alors dans cette ville où la voiture est reine et où l'embonpoint et le diabète sont en hausse, Meg Daly a consacré sa retraite à convaincre les pouvoirs publics d'investir dans son projet pour encourager la marche et le vélo. Et elle a réussi.

L'Underline coûtera 120 millions de dollars et 80 % de la facture devrait être assumée par le secteur public. Les travaux commenceront d'ici 2017 et se feront par étapes. Le parc commencera au centre-ville et, à terme, devrait se rendre jusqu'à Dadeland South Station, soit huit stations plus au sud. Les rues transversales ne disparaîtront pas, mais les traverser sera plus facile.

Le comté de Miami Dade à qui appartiennent les terrains a dit oui au projet. « Des études ont démontré que la valeur des propriétés adjacentes au parc pourrait augmenter de 20 % à 25 % », ce sont donc des taxes de plus pour les villes, explique George Navarette, directeur adjoint au département des parcs de Miami Dade.

Sur place, entouré par le bruit des voitures, on se pose quand même des questions. La population sera-t-elle vraiment tentée de marcher dans un parc situé aux abords de l'US1, l'une des routes les plus achalandées de la Floride? Meg Daly en est certaine. Elle précise que l'objectif est de rendre les lieux plus attrayants et que les communautés seront consultées.

Emballé par le projet, le doyen de l'école d'architecture de l'Université de Miami, Rodolphe El-Khoury, croit lui aussi que piétons et cyclistes profiteront des lieux si l'Underline est bien planifié.

Une inspiration pour l'autoroute métropolitaine?

À Montréal, la structure de l'autoroute 40 est probablement celle qui s'approche le plus de celle du métro aérien de Miami. Et lors de l'événement « Je vois Montréal » de l'automne 2014, un projet d'embellissement des dessous de l'autoroute a justement vu le jour. Baptisée Parallèle 40, l'initiative est venue du Forum des jeunes professionnels de l'Association des firmes de génie-conseil du Québec.

Aujourd'hui, ils sont des dizaines de bénévoles à vouloir redonner un peu d'intérêt au lieu pour les citoyens des environs.

Les travaux ont commencé l'été dernier entre les rues Saint-Laurent et Saint-Denis. Des colonnes ont été peintes, un peu de végétation et de mobilier urbain ont été ajoutés. La deuxième phase du projet est en cours.

On est loin du projet de Miami, mais chaque geste citoyen compte pour embellir la ville.

« On a des demandes de gens qui sont plus loin dans l'axe de la 40 pour venir faire un Parallèle 40 chez eux. C'est dire que oui, il y a un intérêt pour le projet [...] les gens qui sont venus y participer l'année passée, ce sont des gens de la communauté », précise Mme Barry.

Les espaces sous l'autoroute 40 appartiennent au ministère des Transports du Québec et la plupart sont loués pour du stationnement. Il y a aussi beaucoup de bruit et un manque de lumière sous la 40. Malgré tout, Véronique Barry rêve d'en faire un grand lieu public comme à Miami ou à tout le moins un espace plus accueillant pour les résidents.

« C'est un corridor qui est en ville, qui est précieux, ajoute Mme Barry. Les terrains ont une certaine valeur. Oui, ce serait faisable d'avoir un axe piéton en dessous. Est-ce que ça va être fait l'année prochaine? Probablement pas! Nous, on commence avec un premier pas en disant : regardez; il y a moyen de repenser la 40! Pour espérer générer un mouvement. »

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.