Six femmes inspirantes qui nous incitent à voir au-delà des apparences

Nous avons établi un partenariat avec Dove afin de vous présenter six femmes inspirantes, qui assument pleinement leur beauté unique et prouvent que derrière chaque joli minois se trouve une personne influente et intelligente.

Les femmes sont trop souvent jugées par leur apparence. Elles passent pour trop grosses, trop maigres, trop jolies pour être intelligentes, et trop âgées pour être attirantes. Nous sommes nombreuses à essayer de nous conformer à un idéal de beauté – que ce soit le nôtre ou celui des autres – au risque d’oublier que notre personnalité ne se résume pas à notre corps.

C’est cette réalité que tente d’illustrer la plus récente campagne de Dove, intitulée #MaBeautéMonChoix. Cette campagne vise à développer une nouvelle génération de femmes pour qui la beauté est une source de confiance et non d’anxiété. Par l’entremise d’un film, elle dresse le portrait de femmes ayant connu le succès après avoir surmonté les préjugés liés à leur apparence. Inspirés par cet objectif, nous avons établi un partenariat avec Dove afin de vous présenter six femmes inspirantes, qui assument pleinement leur beauté unique et prouvent que derrière chaque joli minois se trouve une personne influente et intelligente.

Ashley Callingbull

Ashley Callingbull est la première Canadienne et la première femme autochtone à avoir remporté le concours Madame Univers. Elle est aussi célèbre pour sa beauté que pour son militantisme et ses opinions franches. Après avoir remporté son titre, elle s’est empressée d’utiliser sa notoriété pour dénoncer le traitement que le gouvernement canadien réserve aux Premières nations.

« Vraiment? Il y a des gens qui croient que je suis trop politisée en cette première journée de Madame Univers? », a-t-elle écrit dans Facebook. « Pensiez-vous que j’allais rester assise à faire la belle sans rien dire? J’ai un titre, une plateforme et une voix capables de provoquer des changements, et je n’hésiterai pas à m’en servir pour attirer l’attention sur le sort des Premières nations du Canada. »

Marcia

Marcia était souvent perçue comme une femme au physique remarquable mais à l’intelligence ordinaire. Elle a prouvé à ses détracteurs qu’ils avaient tort en devenant une avocate à succès. Les préjugés à son endroit l’ont encouragée à exceller dans son domaine, à ouvrir son propre cabinet et à démontrer une fois pour toutes qu’une belle apparence n’est pas un signe d’incompétence.

« Ils disaient que j’étais trop jolie pour être futée. Je leur ai répondu que mon apparence n’a rien à voir avec mon intelligence », affirme-t-elle. Son histoire est en vedette dans le film #MaBeautéMonChoix, que vous pouvez regarder ici.

Kelly Lovell

Kelly Lovell est une jeune entrepreneure et conférencière reconnue pour son sens des affaires et du marketing ainsi que son expertise en matière d’innovation sociale. Présidente et chef de la direction de Lovell Corporation, elle a produit et animé la série YOU Effect TV et prononcé deux conférences TEDx. Son domaine de prédilection est la mobilisation jeunesse. Elle n’hésite pas à déboulonner les préjugés auxquels font face les post-milléniaux, souvent dépeints comme des individus désengagés, en les présentant comme une génération passionnée et déterminée à faire une différence. Pour mieux diffuser son message et rejoindre son public, Kelly donne la parole à divers leaders d’opinion par l’entremise de conférences YOU Effect en baladodiffusion.

Deborah Gillis

Deborah Gillis est présidente et chef de la direction de Catalyst, un organisme à but non lucratif offrant des services de recherche et de consultation en matière d’avancement professionnel féminin. Elle a organisé les Catalyst Canada Honours, une remise de prix visant à récompenser les femmes faisant leur marque au sein de conseils d’administration. Le mentorat et l’encadrement des femmes, que ce soit en politique ou dans le monde des affaires, sont ses objectifs personnels les plus importants. En effet, les femmes sont trop souvent pénalisées pour la simple raison qu’elles sont des femmes. Dans le secteur privé, elles sont perçues comme étant moins dévouées à leur travail et peuvent hériter d’un salaire inférieur à celui de femmes n’ayant pas d’enfant. Certains chercheurs qualifient ce phénomène de pénalisation de la maternité. « Nous devons mettre au rancart ces idées d’une autre époque et souligner la contribution des mères de famille dans les entreprises canadiennes », affirme Mme Gillis.

Natalie Agustin

Natalie Agustin a lancé un blogue à l’âge de 24 ans lorsqu’elle a reçu un diagnostic de cancer du sein. Cette thérapie par l’écriture lui a permis de rappeler à la population que le cancer ne touche pas uniquement les femmes âgées. Deux ans après avoir subi une chimiothérapie, une double mastectomie et des traitements de radiothérapie, Agustin est maintenant en rémission. Cette jeune femme brillante et dynamique a recueilli des milliers de dollars de dons durant l’événement La Course à la vie. Elle continue à encourager les jeunes cancéreux et cancéreuses par l’entremise de son blogue et de nombreuses apparitions médiatiques. « Avoir le cancer a profondément changé ma vie, mais j’ai refusé que cette maladie change la personne drôle, active, énergique et sociable que j’étais », écrit-elle sur sa page d’accueil. Un billet où elle fait part de ses efforts pour se sentir belle malgré sa perte de cheveux est particulièrement éloquent. Est-il normal de se sentir imparfaite? Tout à fait, mais il suffit parfois d’une chanson de Beyonce pour retrouver un sentiment de perfection !

Farrah Khan

Il y a déjà 17 ans que Farrah Khan s’efforce de sensibiliser la population aux violences sexuelles par l’entremise de l’art, de l’éducation, du counseling et du développement communautaire. Ses compétences d’éducatrice et de conseillère sont reconnues d’un océan à l’autre. Elle a lancé des projets innovants comme Use the Right Words (sur le traitement médiatique des violences sexuelles) et Outburst! (destiné aux jeunes femmes musulmanes). Elle vient d’être nommée au Conseil consultatif qui aidera à définir la stratégie fédérale contre la violence fondée sur le sexe. La plus grande partie de son travail est fondée sur sa propre expérience de vie. En tant que personne d’origine indo-néerlandaise, elle a parfois été jugée par la couleur de sa peau et affirme que toutes les femmes de couleur sont institutionnellement perçues comme étrangères. Sa sérénité et son dévouement envers les personnes marginalisées sont une partie intégrante de sa beauté.

Dove a découvert que la beauté peut renforcer l’autonomie des femmes et apporter des changements positifs dans leur vie. Or, l’apparence physique des femmes fait également l’objet de commentaires visant à les dénigrer. C’est pourquoi la campagne et le film #MaBeautéMonChoix s’attaquent aux préjugés, en mettant de l’avant neuf femmes exceptionnelles qui ont choisi de définir la beauté à leur manière. Vous pouvez regarder ce film à l’adresse YouTube.com/DoveCanada. Joignez-vous à la conversation et partagez vos expériences personnelles dans les médias sociaux à l’aide du mot-clic #MaBeautéMonChoix. Pour en savoir plus au sujet du Projet Dove pour l’estime de soi, visant à rehausser la confiance des jeunes filles, consultez le site selfesteem.dove.ca/fr.