Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

David Cameron cédera son poste à Theresa May mercredi

Le Premier ministre britannique David Cameron a annoncé lundi qu'il démissionnerait mercredi et que Theresa May, l'actuelle ministre de l'Intérieur, lui succéderait le jour même.

David Cameron a précisé qu'il pensait présider le dernier conseil des ministres mardi et qu'il répondrait aux questions des députés pendant une demi-heure, mercredi aux alentours de 11h00 GMT.

"Après cela, je compte me rendre au palais de Buckhingham et présenter ma démission", a-t-il dit à la presse devant le 10, Downing Street. "Donc nous aurons ici un nouveau Premier ministre mercredi soir".

Le retrait de la candidature d'Andrea Leadsom, seule rivale de Theresa May, pour le poste de chef du Parti conservateur, et partant pour celui de chef du gouvernement, a accéléré lundi le processus de désignation du successeur de David Cameron.

La ministre de l'Intérieur, qui a 59 ans, est ainsi en passe de devenir après Margaret Thatcher la deuxième femme à diriger un gouvernement britannique.

Andrea Leadsom et Theresa May devaient normalement affronter le suffrage des 150.000 militants du Parti conservateur et le résultat devait être proclamé vers le 9 septembre.

La victoire de May par forfait signifie que le complexe processus de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne va être conduit par une personnalité qui a fait campagne, quoique sans grande ardeur, en faveur du "maintien" lors du référendum.

"Il n'y a pas de plus grand privilège que de diriger le Parti conservateur lorsqu'il est au gouvernement et j'aurais été profondément honorée de le faire", avait dit à la presse Andrea Leadsom, secrétaire d'Etat à l'Energie âgée de 53 ans.

"Je suis toutefois parvenue à la conclusion que les intérêts de notre pays seraient mieux défendus par la nomination, sans attendre, d'un Premier ministre ayant les coudées franches, disposant d'un large soutien. Aussi, je me retire de l'élection à la tête du parti et je souhaite à Theresa May de réussir pleinement", avait-elle continué.

"BREXIT SIGNIFIE BREXIT"

Andrea Leadsom était relativement peu connue du grand public jusqu'à ce qu'elle s'engage en faveur du "Brexit". Elle a essuyé récemment de vives critiques après avoir estimé qu'être mère lui donnait, pour conduire le pays, un avantage sur Theresa May, qui n'a pas d'enfants.

La ministre de l'Intérieur, bien qu'ayant fait campagne en faveur du "maintien" dans l'UE, a répété ces derniers jours que "Brexit signifie Brexit" et qu'il n'y aurait pas de nouveau référendum et pas non plus d'autre tentative pour rester dans l'UE.

"En tant que Premier ministre, je ferai en sorte que nous quittions l'Union européenne", a-t-elle dit notamment.

Theresa May, qui a reçu lundi l'appui du ministre des Finances George Osborne, devait faire une déclaration dans la journée, a indiqué l'un de ses soutiens.

"Theresa rentre actuellement de Birmingham à Londres et elle fera une déclaration dans la journée, mais en son nom, je dirai juste qu'elle est extrêmement honorée de se voir confier cette tâche par autant de ses collègues députés", a dit Chris Grayling à la presse.

Lors d'un discours à Birmingham, la deuxième ville d'Angleterre, Theresa May s'est engagée lundi à placer le gouvernement au service "des gens simples qui travaillent" et a estimé que le référendum du 23 juin était un vote en faveur de "sérieux changements".

"La seule surprise, c'est que l'on soit autant surpris à Westminster de la volonté de changement des gens. Et ne nous trompons pas, le référendum a été un vote pour sortir de l'Union européenne, mais cela a été aussi un vote en faveur de sérieux changements", a-t-elle dit à la presse et à ses partisans.

"Je n'ignorerai pas l'opinion publique quand elle dit son ras-le-bol de la politique traditionnelle".

"Sous ma direction, le Parti conservateur se placera complètement et sans ambiguïté au service des gens simples qui travaillent. Nous ferons du Royaume-Uni un pays qui oeuvre pour le bien de chacun", a-t-elle enchaîné.

"Nous devons réformer l'économie de manière à ce que davantage de gens profitent de la prospérité du pays. Nous devons remettre les gens aux commandes de leur vie. Nous devons donner davantage d'opportunités aux gens", a continué la ministre de l'Intérieur.

Les travaillistes aussi en processus d'élection

Le Parti travailliste a annoncé lundi que des élections pour la direction du parti allaient être organisées, après réception d'un nombre suffisant de candidatures face à Jeremy Corbyn, l'actuel dirigeant.

« J'ai maintenant reçu suffisamment de candidatures pour lancer le processus d'élection du chef du Parti travailliste », a déclaré dans un communiqué le secrétaire général du Labour, Iain McNicol.

Il a ajouté que le comité exécutif national du parti se réunirait pour préciser l'organisation de ces élections.

Un peu plus tôt, la députée Angela Eagle avait officialisé lundi sa candidature à la tête du Labour, estimant Jeremy Corbyn incapable de battre le Parti conservateur au pouvoir.

Jeremy Corbyn a été élu l'année dernière grâce au soutien de la frange gauche du parti.

Mais des voix n'ont pas manqué de s'élever au sein du Labour pour contester sa légitimité. Plusieurs députés lui reprochent notamment de ne pas avoir assez défendu le camp du maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne lors du référendum du 23 juin.

Une motion de défiance non contraignante a été adoptée le 28 juin à une écrasante majorité par les parlementaires travaillistes et les deux tiers des membres de son « shadow cabinet » (cabinet fantôme) ont choisi de démissionner.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.