NOUVELLES
09/07/2016 06:21 EDT | Actualisé 10/07/2017 01:12 EDT

Wimbledon - Lendl-McEnroe, duel de légendes en tribunes

En arrière-plan de la finale messieurs de Wimbledon dimanche (13h00 GMT), se jouera un duel à distance entre deux légendes du tennis: Ivan Lendl et John McEnroe, respectivement coach d'Andy Murray et conseiller de Milos Raonic.

Dans les années 80, la rivalité entre ces deux grandes stars a constitué l'une des plus grandes de l'histoire du tennis. Elle a même donné lieu à un fameux documentaire, "Le crépuscule des dieux", réalisé par le Français Benjamin Rassat en 2005.

Lendl-McEnroe, c'est avant tout quinze titres du Grand Chelem cumulés: huit pour le premier, sept pour le second. C'est aussi 36 duels (21-15 pour Lendl), dont certains sont rentrés dans les annales du tennis.

On retient surtout cette finale mythique de Roland-Garros en 1984 où McEnroe, alors au sommet de son art, a mené deux sets à zéro avant de s'incliner. Ce match fut un vrai déclic pour Lendl, qui remportait son premier titre du Grand Chelem. Avant cela, il restait sur quatre échecs dans des finales majeures et avait la réputation d'être un "loser".

Suivront donc sept autres trophées majeurs pour le Tchèque Lendl, naturalisé américain en 1992, qui redeviendra N.1 mondial avec un style diamétralement opposé à celui de "Big Mac".

Entre les deux, c'était le choc du feu contre la glace. Quand McEnroe, considéré comme le meilleur serveur-volleyeur de tous les temps, prenait d'assaut le filet et se faisait remarquer par ses coups de colères, Lendl restait imperturbable et se démarquait par son jeu agressif du fond du court.

Si McEnroe ne s'est jamais imposé à Paris, alors que Lendl y a remporté deux autres titres (1986, 1987), il a en revanche triomphé trois fois (1981, 1983, 1984) dans le seul tournoi majeur qui manque au palmarès de son rival: Wimbledon.

En tant qu'entraîneur, le tchéco-américain a toutefois guidé son poulain Murray vers la victoire dans le "temple du tennis" en 2013. Après avoir fait un break d'un peu plus de deux ans, pour s'occuper davantage de sa famille, il est revenu auprès du Britannique début juin pour l'aider à gagner de nouveau. "Nous formons une bonne équipe. Nous nous faisons mutuellement confiance", dit Murray.

McEnroe a lui entamé une collaboration à l'issue de Roland-Garros avec Raonic, qu'il sent capable de gagner un tournoi majeur, tout en continuant de mener en parallèle ses activités de commentateur. "Il a une influence positive sur moi", dit de lui Raonic.

"Big Mac" regardera sa prestation depuis sa cabine dimanche pendant que Lendl sera dans le "box" de son poulain. Opposition de styles, encore et toujours.

ll/rg