NOUVELLES
09/07/2016 07:00 EDT | Actualisé 10/07/2017 01:12 EDT

Les alliés de l'OTAN s'entendent pour aider les pays ciblés par les extrémistes

VARSOVIE, Pologne — Les alliés de l'OTAN se sont engagés samedi à en faire davantage pour aider les pays d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient ciblés par les extrémistes notamment en utilisant des avions de surveillance dans le cadre de la lutte contre le groupe armé État islamique (ÉI).

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a indiqué que les dirigeants s'étaient également entendus pour lancer une nouvelle mission navale dans la mer Méditerranée et assurer une présence militaire stable en Afghanistan, qui recevra aussi plusieurs millions de dollars en aide.

Au deuxième jour de la rencontre de l'OTAN à Varsovie, en Pologne, M. Stoltenberg a dit aux journalistes que les dirigeants avaient «pris des décisions pour renforcer (leurs) partenaires au-delà de (leurs) frontières».

Il a rappelé que des millions de personnes en Afrique et au Moyen-Orient étaient affectées par la présence d'organisations extrémistes, dont le groupe armé État islamique, qui a perpétré des attaques en Europe également.

Ainsi, l'OTAN instaurera une mission d'entraînement et de renforcement des capacités en Irak, en plus de soutenir la Jordanie. Elle établira aussi un centre de renseignements en Tunisie pour prêter main-forte aux forces spéciales du pays, un terreau fertile pour le recrutement du groupe armé État islamique.

M. Stoltenberg a affirmé que le président américain Barack Obama et les dirigeants des 27 autres pays de l'alliance en étaient venus à une entente de principe pour utiliser des avions de surveillance afin d'appuyer la coalition internationale contre le groupe armé ÉI en Irak et en Syrie.

Les diplomates de l'OTAN s'attendent à ce que les appareils AWACS soient déployés cet automne.

L'OTAN lancera aussi une nouvelle opération maritime dans la mer Méditerranée et elle travaillera de près avec l'Union européenne pour gérer la pire crise de migrants depuis la Deuxième Guerre mondiale.

Barack Obama avait encouragé ses alliés à élargir leur soutien à l'Afghanistan afin de combattre les talibans. Les États-Unis verseront 3,5 millions $ US pour soutenir les troupes de l'Afghanistan, tandis que le gouvernement du pays fournirait jusqu'à 500 millions. Les autres alliés devraient verser un milliard $ US. Des négociations sont toujours en cours sur le montant final, mais M. Stoltenberg s'est dit optimiste pour la suite.

Le secrétaire général de l'OTAN a souligné qu'il était encore trop tôt pour évaluer le nombre de soldats étrangers qui resteront en Afghanistan. Or, selon les engagements annoncés samedi, le nombre de soldats au pays devrait rester relativement stable.

Le sommet de Varsovie — le premier en deux ans — est considéré comme crucial par certains. M. Stoltenberg a fait valoir que l'organisation fondée en 1949 devait s'adapter aux nouvelles menaces à la sécurité de ses membres, dont les cyberattaques.

Vendredi, les dirigeants de l'OTAN ont approuvé le déploiement de quatre bataillons multinationaux en Pologne et dans les pays de la mer Baltique afin de dissuader la Russie — une décision qui a été vigoureusement critiquée par l'ancien dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev.

«L'OTAN commence à se préparer pour que la guerre froide devienne chaude», a-t-il dit, cité par l'agence de presse Interfax.

«Ils ne parlent que de défense, mais ils se préparent en fait à des opérations offensives», a-t-il ajouté.