NOUVELLES
09/07/2016 11:08 EDT | Actualisé 10/07/2017 01:12 EDT

Le tireur qui a abattu les cinq policiers à Dallas était «dérangé», dit Obama

DALLAS — Le président des États-Unis Barack Obama a affirmé samedi que le tireur responsable de la mort de cinq policiers à Dallas était un «individu dérangé» qui ne représente en rien la communauté afro-américaine — comme le jeune homme blanc responsable d'avoir tué des Noirs dans une église de Charleston, en Caroline du Sud, ne représentait pas les Blancs.

Le président américain a déclaré samedi en marge du sommet de l'OTAN à Varsovie, en Pologne, que les Américains ne pouvaient pas se laisser définir par de tels gestes commis par quelques-uns des leurs.

M. Obama a ajouté qu'il se rendrait à Dallas dans les prochains jours pour rendre hommage aux victimes. Il prévoit également convoquer une rencontre à la Maison-Blanche la semaine prochaine réunissant des policiers, les représentants des communautés, ainsi que des militants pour les droits civiques afin de discuter de la marche à suivre.

Le président américain commentait pour la troisième fois en trois jours les événements tragiques survenus dans son pays. Deux Afro-Américains ont été abattus par la police en Louisiane et au Minnesota pendant la semaine, qui s'est conclue par une attaque d'un tireur embusqué contre des policiers à Dallas. En plus de cinq victimes, sept policiers et deux civils ont été blessés. 

Le drame à Dallas a soulevé de nouvelles inquiétudes au pays, déjà fortement divisé sur les armes à feu et le traitement des Afro-Américains par la police.

Le vétéran de l'armée afro-américain qui a perpétré l'attaque avait enfilé un gilet de protection et utilisé une arme semi-automatique de type militaire, selon les autorités. Micah Johnson a été tué par un robot-bombe jeudi, après la fusillade — qui représente l'événement le plus meurtrier contre des policiers depuis le 11 septembre 2001.

En tout, 12 agents ont été touchés par balle à quelques rues du lieu de l'assassinat du président américain John F. Kennedy, en 1963.

D'autres attaques individuelles sont survenues en Géorgie, au Missouri et au Tennessee dans la foulée des homicides en Louisiane et au Minnesota. Deux policiers ont été blessés, dont un gravement.

«L'Amérique est en pleurs», a déclaré le représentant américain G.K. Butterfield, qui dirige le caucus noir du Congrès.

Le président Barack Obama et le gouverneur du Texas Greg Abbott ont appelé le public à prier pour les victimes. Dans une lettre publiée en ligne vendredi, le gouverneur Abbott a fait valoir que «toutes les vies comptent», appelant les Texans à s'unir.

Micah Johnson, âgé de 25 ans, s'était constitué tout un arsenal à son domicile de Mesquite, en banlieue de Dallas, qui comprenait des matériaux pour fabriquer des bombes, des fusils, et des munitions.

Il suivait des groupes militants afro-américains sur les réseaux sociaux, dont l'un d'eux encourageait ses membres à commettre des actes violents contre la police.

Micah Johnson était un soldat de première classe spécialisé en charpenterie et menuiserie. Il avait servi dans la réserve de l'armée pendant six ans à compter de 2009, et il s'était rendu en Afghanistan de novembre 2013 à juillet 2014.